• Des HIPPIES aux RAVERS

    Du mouvement HIPPY à nos
    RAVE actuelles
    C'est une réédition du 24 août 2007 
    La semaine précédente ainsi que ce mardi 21 août 2007, j’ai passé plusieurs heures sur ARTE à regarder des reportages sur les années Hippies et le film « Woodstock » (EU 1970- inédit en VOST). Un concert mythique pendant lequel on a pu écouter Joan Baez, Joe Cocker, Country Joe & the fish, Crosby, Stills & Nash, … PAIX et FRATERNITE ressortaient de tous les participants. Je me suis surprise à crier « HIGHER » et à faire le signe de la paix.
    Je vous retrace une sorte de rétrospective de l’année 1967 à nos jours.
     
    SUMMER OF LOVE
      Summer-of-Love.jpg
    Eté 1967 : Quelque part en Californie, s'invente un mouvement qui va marquer toute une génération, et bien au-delà. Le Summer of Love durera finalement près d'une décennie. Et ses images, ses mots d'ordre, ses musiques, résonnent encore de toute leur force utopique.
    Un voyage musical à San Francisco, Paris, Londres, Amsterdam, Cologne ou Copenhague, à la recherche des années hippies.
     
    COMMUNAUTES
    hippies.jpg
    La contestation hippie donne naissance à des communautés où tout se partage : musique, nourriture, paradis artificiels et partenaires sexuels. Certains groupes préconisent le retour à la nature ; d’autres tentent d’implanter la culture alternative dans les villes. Venue d’Amérique, cette vague libertaire fit de nombreux émules en Europe : la sulfureuse Kommune I en Allemagne, les actionnistes en Autriche…
    Aujourd'hui encore, au festival du Burg Herzberg en Allemagne, à celui de Roskilde au Danemark ou pendant la Love Parade à Berlin, les mots d'ordre sont ceux de la fête, de la danse et de l'esprit de communauté. Un léger parfum hippie flotte sur tous ces lieux.
    Aujourd'hui, c'est la New Rave qui fait fureur, avec des groupes comme Justice ou Klaxons.

    67, année psychédélique


    Sur la route du mouvement psychédélique, entre révolution artistique et “acid tests”.
    Le « summer of love » n’a pas été seulement celui de la musique pop : il a déclenché une mutation dans tous les domaines artistiques. Il marque l’apparition de l’usage expérimental de drogues hallucinogènes et du psychédélisme. En 1967, le monde découvre les premiers albums des Pink Floyd, des Doors, de Jimi Hendrix et la célèbre pochette du disque Sgt. Pepper’s lonely hearts club band. La révolution psychédélique est en marche dans les lieux comme : San Francisco, Los Angeles, New York et Londres.
     
    Woodstock
    Woodstock-1969.jpg
    À Woodstock, il n'était pas rare de voir les hippies faire leurs exercices de Hatha yoga. Le mantra "Om" résonnait un peu partout ; les sonorités venues d'Inde envoûtaient les esprits, et le public chantait "Hare Krishna" dans la rue. Jamais la recherche de la spiritualité n'avait été aussi forte. Élargir sa conscience et explorer ses sens étaient des concepts centraux chez les hippies au milieu des années 60.
     
    Du 17 au 19 août 1969 eut lieu le plus grand rassemblement musical de l'histoire. Ce qui devait être un festival payant de musique pop se transforma en trois jours de concerts gratuits, triomphe éphémère de la contre-culture. 500 000 jeunes s’y sont réunis pour un RDV avec la Pop Music.

    Dans un champ du comté de Bethel, au nord de l'État de New York, une scène de concert se construit sous les yeux des spectateurs, et la musique, au même moment, envahit les tympans jusqu'à la clôture du festival, et après trois jours « de paix, d'amour et de musique ».
     
     
    Festival Express 1970
    woodstock-foule.jpg
    En 1970, un train a parcouru le Canada avec à son bord certains des plus grands groupes de rock de l’époque.
    La fête cinq jours durant, en se produisant à chaque arrêt. Ce train s’appelait le Festival Express. Le Festival Express, c’est probablement la fête rock & roll non-stop la plus longue et la plus mémorable jamais organisée.
     
    Dans la foulée de Woodstock, à l’été 1970, ces festivals faisaient partie intégrante de la scène rock & roll.
     
    Rick Danko de The Band, Jerry Garcia, Janis Joplin, Delaney & Bonnie, et Buddy Guy : ces grands noms de la musique s’en donnèrent à cœur joie : drogues, alcool, conversations psychédéliques et musique bigarrée.
     
    Les scènes de chaos du concert de Toronto permettent de mieux comprendre la politique de l’époque.
     
    Le prix d’entrée était fixé à 14 dollars
     
    Pour certains, c’était une affaire. Mais pour d’autres
    la musique devait rester gratuite pour tous.
    Les fans essaient d’escalader les barrières alors que la police montée tente en vain de les en dissuader
    Quel qu’ait pu être le comportement des uns ou des autres, la musique est toujours au rendez-vous.
     
    Ce qui fut probablement la dernière grande virée rock & roll.
     
    Hair, Let the Sun Shine in
    hippy-fleur.jpg
    Quand Hair est créé au « Public Theatre » de New York, en 1967, nul ne peut se douter que ce brûlot subversif et joyeux va devenir un succès planétaire.
    Couplets révolutionnaires, contre la guerre du Viêt-nam, d’abord, mais aussi pour le mélange des races, des sexes, des drogues et des plaisirs.
    Le succès aidant, « Hair » s’installe à Broadway et enchaîne les tournées, avant de s’exporter en Europe. Pour ses chanteurs et ses danseurs, vie et spectacle se confondent, dans une même quête radicale de se changer soi-même et de changer le monde, au risque parfois de se perdre.
    Mais d’une guerre à l’autre, du Viêt-nam à l’Irak, même si leurs mots d’ordre restent plus que jamais d’actualité, les enfants de 1967, ceux du moins qui ont survécu à l’aventure, ne croient plus autant au pouvoir de l’amour, de la paix et des chansons.

    Hippies derrière le rideau de fer
    Malgré la répression, le mouvement hippie a réussi à franchir les frontières de l'Est, sous l'ère soviétique.
    Malgré tous les efforts déployés par les censeurs pour empêcher que la musique, les journaux et les livres hippies ne viennent pervertir la jeunesse du bloc soviétique, le « flower power » a franchi les frontières de l'Est avec quelques années de retard.
    Pour ses nombreux adeptes de l'Est, il s'agissait d'abord de lutter contre l'oppression et de revendiquer le droit à la différence. Et tandis qu'à l'Ouest, dès le milieu des années 70, les hippies étaient déjà rangés dans les rayons du folklore, le mouvement a perduré à l'Est jusqu'à la fin des années 80, de Prague à Budapest en passant par Berlin-Est et la Pologne et la frontière ukraino-polonaise.

    Dance, Techno
    Actuellement, la DANCE et la TECHNO ont pris le relais du rock and roll. Ce sont par milliers que les fans se regroupent en LOVE PARADE, en NEW RAVE, en RAVE PARTY. C’est toujours sur de grands terrains en pleine nature qu’ils partagent la musique avec les autres festivaliers qu’ils ne connaissent pas. La TECHNO, sorte de remix de guitares et de sons très dansants, ce qu’on appelle une musique électronique, procure un sentiment de fête comme dans les parcs en Californie en 1960. Cette vague techno est une sorte de reprise des années psychédéliques.
     
    NAMASTE
    Ibiza-20009.jpg  A Ibiza
    Une tendance toute nouvelle pointe le jour depuis peu d’années, la NAMASTE. Elle s’exprime surtout à IBIZA où d’anciens hippies ont construit un lieu alternatif, dans les rues. Sortes de chanteurs de rues qui privilégient les instruments musicaux et leurs sons. Tout cela loin des clubs exubérants qui crachent leur tempo à tout va. Cette musique s’extériorise hors des sentiers battus du tourisme de masse.

    « JUSTICE » (groupe)
    Actuellement, le groupe « JUSTICE » ayant pour concept LA CROIX, lance un opéra de musique électronique. C’est un son fort apprécié et son succès va grandissant de jour en jour.

    Pourquoi cet article ?
    N’allez pas croire que je cautionne tous les débordements hallucinogènes, sexuels ou psychédéliques de ces années hippies ou de techno actuels ; loin de là.
    Mais, c’est un mouvement qu’on ne peut ignorer. Aujourd’hui encore, dans ces grands rassemblements, la fête, la danse, l’esprit de communauté flottent encore.


    fms2003-3.jpg  Foule à Fossoy (02) en 2003
    A côté de Château-Thierry (02), à Fossoy (30km de chez moi), il existe depuis 2002 le « FESTIVAL DES MONDES SOLIDAIRES ». Une partie de l’argent des entrées est destinée à aider la commune de Sakoïba au Mali notamment à s’approvisionner en eau pour irriguer le maraîchage tenu par les femmes.
     Des milliers de jeunes (venus de l’étranger pour pas mal d’entre eux) et moins jeunes se regroupent sur deux jours (terrain de camping érigé spécialement) dans un champ tout près de la ferme du Ru Chailly pour écouter de grands groupes français ou internationaux : Burning Spear, Arthur H, Femi Kuti, Têtes Raides, Thiéphaine, Tambours de Bronx, Amadou et Mariam, Louis Bertignac, Jimmy Cliff, Paul Personne, Fatals Picards, Alpha Blondy, Mani Dibango, Khaded, Johnny Clegg  entre autres.



    IMG-9467-Thi--faine.jpg  
    Thiéphaine au Festival des Mondes Solidaires à Fossoy (02)
    J’y suis allée  dès le début, d’abord seule, (mon mari n’éprouvant pas le besoin d’y aller), avec quand même un peu de peur au ventre en traversant les 2km du village en pleine nuit pour rejoindre la voiture. Heureusement, Daniel m’a vite rejoint dans ma quête de musique et il m’accompagne maintenant. Restauration sur place, chacun s’assoit à même le sol pour dîner sur le pouce. Chemins pour les handicapés, toilettes, boutiques de commerce équitable, associations humanitaires,… , tout est impeccablement organisé . A chaque fois, nous avons trouvé l’ambiance très bonne et une réelle communion entre les « jeunes » et les « moins jeunes ». Quelques fumeurs de shitt, il faut l’avouer. Les gens bougent, dansent (moi également), lèvent les bras, allument les briquets, ou se faufilent gentiment et personne n’agresse les autres. Pas de heurts particuliers avec les policiers. On dit que la « MUSIQUE ADOUCIT LES MŒURS » ; j’ai pu constater que c’était vrai. A chaque fois, je suis revenue ravie de ma soirée musicale. Il faut dire (un peu paradoxalement, moi qui suis assez solitaire) que j’ai toujours aimé la foule (celle des fêtes, des défilés, des spectacles, des concerts, mais pas celle des bords de mer l’été). . Je passe inaperçue et ça me va très bien.

    Un article un peu long comme je les faisais au début de mon blog et qui demande beaucoup d'investissement au niveau des recherches et mises en forme. J'espère qu'il vous a intéressés.

    Passez une bonne journée ! 
    Demain, participation au THEME DE LA SEMAINE sur "Les Phobies" 
    « Fort de Bruyères-et-Montbérault (02)Même pas peur !!!! »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Vendredi 24 Août 2007 à 16:53
    Alain
    Je suis allé en 1970 aux USA en globe trotter pendant 3 mois et j'ai forcément recontré la communauté hippie. Un souvenir inoubliable de fraternité

    Alain
    2
    Dimanche 26 Août 2007 à 00:48
    oursonne libre
    en 68 j'etais sur les barricades et chantait à tue tete du Bob Dylan ou du Joan Baez, et un jour mes enfants les grands sont tombés sur des films que nous avions tournés avec mon premier jules et ont organisé à la maison une soirée vidéo avec des copains et des copines, tu aurais du voir leur tête lorsqu'il m'ont vu accoutré avec leur pere en baba cool, ils etaient tous mort de rire et me regarde mainteant d'un autre oeil. Pour eviter cela, l'ado n'a jamais vu ces films, 2 cela suffit.
    bises
    3
    Samedi 14 Juin 2008 à 08:40
    biker06
    excellent articles , bien plus complet que le mien !!
    bisous
    pat
    4
    Vendredi 27 Mars 2009 à 06:46
    Dany
    Alors la! Bravo, il m 'a fallu quand meme un petit moment pour lire cet article, mais il est super bien rédiger! Belle époque!!! pour pas mal d'entre nous... belle musique aussi...
    bisous. Dany
    5
    Vendredi 27 Mars 2009 à 07:01
    corinne
    coucou le Hippy, ben . . . j'ai pas pû connaître 68 c'est l'année de ma naissance

    Je te fais de gros bisous
    6
    Vendredi 27 Mars 2009 à 07:11
    Je me rappelle de l'époque hippie : peace and love.... de Woodstock toute ma jeunesse.... Merci de ce retour en arrière. Bisses
    7
    Vendredi 27 Mars 2009 à 07:13
    Souvenirs souvenirs, c'était notre jeunesse !
    bises
    françoise
    8
    Vendredi 27 Mars 2009 à 07:19
    Littorine

    Merci de nous rappeler, certains mouvement, au moment de Hair j'étais ado, j'ai adoré, mais puisque je n'aime pas les mouvements de grosses foules je n'ai jamais participé à ce genre de manifestation. Es-tu venu au festival des Vielles Charrues à Carhaix ?  

    9
    Vendredi 27 Mars 2009 à 09:19
    patriarch

    Nous avons du mal à comprendre, nous les anciens du bal musette. Je pense que la jeunesse se défoule ainsi, en y ajoutant toutes sortes de produits nocifs.
    Certains parlent de communautarisme, moi je pencherai pour un enfermement intérieur, fait en communauté, mais dand le fond, c'est toujours du chacun pour soi. Combien de ces jeunes s'engagent dans les luttes syndicales ou politiques ?


    Bonne journée. Bises.

    10
    Vendredi 27 Mars 2009 à 09:35
    agathe

    bonjour Monique
    passionnant cet article 
    toute une époque que je ne peux oublier
    nous avions regardé la carte pour aller à Kathmandou par la route, nous rêvions sur cette carte .
    . mais c'était loin,
    faisable mais loin,
    nous avions un travail qui ne nous permettait pas de trouver le temps nécessaire pour y aller ,
    et pourtant le travail n'était pas un problème ,
     on en trouvait facilement,
     j'ai toujours regretté qu'on ne soient pas partis
    tu imagines maintenant je serais là bas ,
     à vendre des trucs aux touristes,
    quand je suis allée à Kathmandou, il y a 10 ans, j'ai trouvé cette ville encore plus belle que dans mes rêves, je sais  que si on y retournait j'y resterai

    belle journée Monique et merci encore pour cet article qui m'entousiasme

    11
    Vendredi 27 Mars 2009 à 10:32
    iris
    et comment !!! qu'il est intéressant ! je me souviens de ces années , j'avais même acheté une robe à fleurs longues et j'avais les cheveux longs ( pas les idées courtes heureusement ! ... ) et j'aime bien la soul ussi et la soul-country , je ne connaissais pas cette manifestation je n'en ai jamais entendu parler , j'irais volontiers , et comme toutes les tendances je pense qu'il y a de bons et mauvais cotés , en ce moment les tendances sont souvent plus dangereuses , le mouvement hippy hormis les substances illicites , etaient "peace and love " now it's violence and nothing !
    bises diris
    12
    Vendredi 27 Mars 2009 à 10:51
    Quichottine
    J'imagine... C'est vrai que tu as dû passer beaucoup de temps en recherche et en mise en page.

    Il est très intéressant... mais j'ai une question, parce que je ne suis pas allée tout lire encore chez toi.

    Tu arrivais à publier tous les jours ?

    Quel boulot !
    13
    Vendredi 27 Mars 2009 à 11:01
    Bigornette

    Quand j'y pense , bien que n'étant pas dans ce genre de mouvements, je trouve que la société respirait la joie...une autre époque dont je suis  nostalgique... peace and love...un beau programme...et je pense que même la drogue était moins méchante que maintenant... pas les mêmes substances... bisous...Merci pour mon bouquin.... ça m'a fait chaud au coeur !

    14
    Vendredi 27 Mars 2009 à 12:50
    Dana
    Moi, je n'ai rien contre les hippies....ils se la jouent comme ils veulent et ne font de mal à personne...de bonnes choses en ressortent aussi. Bisous et merci pour cette article enrichissant.
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    15
    Vendredi 27 Mars 2009 à 12:56
    laety87
    Coucou,
    Ancienne hippie?
    J'adore le film HAIR, c'est un de mes films cultes!
    Et Thiéfaine aussi, j'ai eu une grosse période dédiée à lui, vers mes 13-14 ans. J'adore complètement son côté excentrique!
    Bises et bonne journée.
    16
    Vendredi 27 Mars 2009 à 14:53
    Oxygène
    Oh oui, Alrisha, ton article m'a intéressée. Il me rappelle des souvenirs de jeunesse, même si je n'ai pas été touchée de près par cette vague hippie; mes parents, sévères et inquiets, m'éloignant des risques d'une trop grande liberté. J'ai eu la chance cependant de voir le spectacle "Hair" à Paris et c'était une vraie révolution. J'ai aussi beaucoup fredonné les chansons hippies avec une cousine parisienne beaucoup plus délurée que la petite campagnarde timide et mal à l'aise que j'étais...
    Merci pour tous ces bons souvenirs. Gros bisous à toi et bonne journée ! 
    17
    Vendredi 27 Mars 2009 à 15:07
    Andrée
    Très intéressant ton article, d'autant plus que je ne me rappelais pas tous ces détails. Moi, cette foule me fait peur. Bonne journée, bisous Alrisha
    18
    Vendredi 27 Mars 2009 à 15:59
    Charline
    Je me suis retrouvée dans ta façon de te définir : la solitaire qui aime faire la fête ; la joie de voir ces rassemblements de personnes qui part dans certains cas de bons sentiments aider d'autres personnes dans des pays lointains.
    Et je comprends le travail que tu as fourni, le temps que tu as pris pour tes recherches. Bravo excellente chronique
    bonne soirée alrisha.
    19
    Samedi 28 Mars 2009 à 00:06
    Alrisha
    Oui Quichottine, j'ai toujours publié tous les jours et même plusieurs fois par jour au début! Mais pas toujours avec de grands explicatifs comme là. J'alternais avec des photos sympas au gré de mes découvertes. Toutefois, j'avais démarré assez fort et petit à petit je me suis fatiguée et ai pris un rythme plus calme.
    Les articles trop longs ne sont pas lus. La preuve aujourd'hui où très peu de personnes sont venues mettre des coms.
    Ce qui me console, c'est que les coms postés ce jour sont d'un grand intérêt et fort bien argumentés.
    Bises Quichottine, passe une bonne nuit!
    20
    Samedi 28 Mars 2009 à 08:59
    biker06
    j'ai trop aimé ton article !! tu l'as fait sous acide ?? non je plaisante  hi hi hi hi
    Deja à l'epoque j'avais fait des sujets anti drogue dans ma classe et j'etais conscient des dangers des méfaits des drogues. J'ai meme pas fumé un pétard. Ca ne m'a jamais attiré. J'ai tout de meme bien aimé le systeme revandicatif de l'epoque et la liberté sexuelle. Pour cela on a regressé à cause du sida entre autre mais pas seulement. Les politiques sont devenues un veritable fleau pour nos libertés.
    Tout en appréciant le mouvement hippies et en aimant quelques chanteurs que tu sites : Country joe Mc Donald,Bob Dylan,Janis Joplin , je preferais un groupe plus realiste que les autres qui n'ont pas fait woodstock. Ce sont les Doors. Une chanson comme the "Unknow Soldier" allait tout droit contre la guerre du vietnam , et quand les hippies chantaient le "Flower power" , Morisson lui etait dans la liste noire des chasses aux sorcieres des gauchistes Americains.
    j'aurais bien aimé voir cette emission sur Arte. J'ai encore loupé car je regarde tres peu la TV. Enfin ! meme la cigarette "normale" je ne la supporte pas. Je conseille aux amis qui sont chez moi d'aller fumer dehors . Toutes les voitures que j'ai acheté , les cendriers sont restés neuf. Un retour aux hippies oui avec le Bio maintenant !!
    bisous
    pat
    21
    Samedi 28 Mars 2009 à 10:35
    Quichottine

    Merci pour ta réponse. C'est vrai que c'est un peu dommage de voir que certains ne lisent pas vraiment... Mais d'un autre côté je comprends que l'on ne puisse pas prendre le temps nécessaire à une lecture attentive.

    Enfin, je suis contente que les commentaires reçus t'aient fait plaisir. Signe que ton travail a servi à d'autres qu'à toi.

    Passe une belle journée, Alrisha. C'était un beau billet.

    22
    Samedi 28 Mars 2009 à 12:02
    Jacqueline
    Oui tu nous rappelles que la musique coincide toujours avec une certaine révolte...cela était valable pour MA génèration...mais aujourd'hui je ne vois pas de révolte dans la jeunesse...et pourtant il y aurait de quoi..

    Tu trouves toujours des musiques SUPER!!
    J'Aime beaucoup celle ci

    Bisous
    23
    Samedi 28 Mars 2009 à 23:31
    Ah quelle époque, ça nous ajeunit bien tout ça; j'étais alors à l'armée, en "stage" au mont-valo (le Mont Valérien, Suresnes ou puteaux je ne sais plus), c'était peu de temps après que le 1er homme ait marché sur la lune.
    Bon dimanche
    24
    Dimanche 29 Mars 2009 à 00:26
    sachot
    bonsoir
    ça me rapelle un époque qui n'est pas jeune et les souvenirs sont bien présents quoique je n'étais pas accroc de ces festivités
    bonne soirée et bises
    doque
    25
    Dimanche 29 Mars 2009 à 23:58
    Santounette
    Je me souviens de tes articles toujours très riches et bien documentés, là aussi tu as du passer beaucoup de temps pour le faire et c'est tout à ton honneur Alrisha.
    Je n'ai pas du tout connu Woodstock et pour cause, j'étais très, très jeune à cette époque mais bien sûr j'en ai entendu parler. J'ai toujours lu des propos nostalgiques concernant cette époque. Cela me paraît un peu décalé de nos jours et je me demande ce qu'ils sont devenus ces hippies de l'époque.
    Je dois reconnaître que je ne suis pas tellement une fan de ces grands rassemblements, je ne sais pas pourquoi mais la foule me fait un peu peur, je me suis retrouvée un jour bloquée dans un mouvement de foule à Paris lors d'une fête de la musique et j'ai eu la peur de ma vie.
    26
    Vendredi 8 Mai 2009 à 11:03
    sonja
    Joan Baez... un timbre de voix qui m'enchante toujours autant.
    Et oui, c'était une autre façon de concevoir le monde. Personnellement je n'étais pas emballée par ces années là... je les ai traversées sans bien m'en rendre compte.
    J'étais ailleurs dans ma tête. Ce qui m'amuse lorsque j'y repense.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :