• LE LIVRE: MONDE DE L'EDITION

    Suite à un atelier d’écriture et typographie chez Christine BRISSET-Le MAUVE,( mon article ICI), le 13 septembre dernier, afin de mieux connaître les questions liées à la fabrication d’un livre et à son processus éditorial, j’ai participé à la bibliothèque de MORCOURT (02) 

    image hébergée par photomaniak.com dans le Nord de l’Aisne, près de Saint Quentin (02), à une journée de formation intitulée 

    « LE LIVRE : DE L’IDEE A LA MISE EN VENTE »,

    le 15 novembre dernier ; 

    formation organisée par 
    la BIBLIOTHEQUE DEPARTEMENTALE DE PRET de Soissons (02).

    image hébergée par photomaniak.com
    Alors que le salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil-sous-Bois (93) va fermer ses portes, c’est avec 
    DOROTHEE COPEL, bibliothécaire formatrice 
    à l’INSTITUT CHARLES PERRAULT
     
    et 
    EMMANUELLE CAUSSE, éditrice à l’ Ecole des Loisirs,
    que nous (une vingtaine de stagiaires) avons appris toutes les ficelles de l’édition d’un livre.

    image hébergée par photomaniak.com
     
    1ère partie : le processus éditorial d’après 
    Dorothée COPEL
     
    LE MONDE DE L’ EDITION

    C’est une véritable industrie qui tourne sur 2 milliards et demie d’euros avec un total de 10 000 salariés. Les années passant, on s’aperçoit qu’il y a une surproduction d’offres. En effet, actuellement, un livre se démode en 15 jours (incroyable, non !) ; ça coûte moins cher de faire une réimpression que de le diffuser en grand nombres d’exemplaires ! Les chiffres sont là pour le prouver :
    • En 1975, 1 livre était tiré à 14 500 exemplaires
    • En 1990, 1 tirage à 10 000 exemplaires
    • En 1996, 1 tirage à 8 900 exemplaires
    Les maisons d’édition se modernisent. Elles fusionnent et s’installent dans des locaux modernes. Il y a beaucoup moins d’entreprises familiales où le marketing est impossible. De plus la production est en grande partie saisonnière (en mars et en septembre) et se standardise de plus en plus. Les 12 plus grandes maisons d’éditions représentent 90% de la production. 
    Grande concentration pour les leaders, HACHETTE et EDITIS ; 
    suivent GALLIMARD, LE SEUIL, LA MARTINIERE, FLAMMARION et ALBIN MICHEL
    puis les plus petits comme MILAN, MINUIT, DU ROCHER.

    CIRCUIT INDUSTRIEL

    L’éditeur n’étant pas du tout sûr de vendre ses livres, c’est la loi du retour qui prime. Les libraires exposent leurs livres environ 15 jours, (cela m’a paru incroyable !) puis seuls ceux qui ne se vendent pas sont retournés au distributeur ou à l'éditeur et remboursés. Mais le libraire peut aussi décider de défendre un titre plus longtemps, ou au contaire d'enlever un titre qui ne lui plaît vraiment pas plus rapidement encore. Inversement, si un livre  marche, il le recommande à l'éditeur, même au-delà de 15 jours.

    Seules les grosses maisons d’édition peuvent lancer une collection grâce à une grosse promotion.
    L’éditeur doit bien connaître les autres maillons de la chaîne (fabriquer, distribuer, présenter) pour publier. Il a une obligation de résultat. Le fond de livres invendus est parfois remis dans le mouvement : les « poches » l’été, les beaux livres à l’approche de Noël, ou selon les évènements cinématographiques par exemples.

    CHOIX AU STADE EDITORIAL

    1. Soit l’envoi des écrits est spontané par l’auteur ; c’est ce qu’on appelle « L’ ENVOI PAR LA POSTE ». Il ne représente qu’1 % des écrits publiés et retenus par les éditeurs.
    2. 80% sont des « COMMANDES » qui s’appuient sur l’actualité comme l’élection présidentielle (Nicolas Sarkosy, Ségolène Royale, …), le rugby (coupe du monde), les modes (mangas, …), …
    « Sachez que les biographies des personnages âgés (donc susceptibles de décéder) sont déjà toutes prêtes à être éditer.

    CONTRAT ET REMUNERATIONS

    L’auteur et l’éditeur sont liés par un contrat : l’auteur de par sa propriété intellectuelle et l’éditeur qui se doit de diffuser et vendre le livre édité.
    L’auteur touche un minimum de 2% des ventes pouvant aller jusqu’à 4 ou 5% mais guère plus : somme qui est de plus, à partager avec l’illustrateur. En gros, l’argent autour du livre peut se schématiser ainsi :
    ·        2 à 10% de droits d’auteurs
    ·        38 à 42% pour les points de vente (libraires)
    ·        13% pour les diffuseurs et distributeurs
    ·        25 à 30 % pour l’éditeur (électricité, collaborateurs, promos, …)
     
    LES COLLABORATEURS

    • le préparateur de copie qui vérifie les dates, les incohérences, le balisage, la correction, les alinéas, les majuscules, la mise en page, …
    • le compositeur spécialisé dans les caractères, les corps d’imprimerie, le nombre de lignes par page, l’aspect visuel du texte, …
    • et encore, le correcteur, le graphiste, la maquettiste, le reproducteur d’images qui gère le droit d’images (comme les photos par exemple), …
    • on pourrait ajouter tous les spécialistes en techniques d’impression comme la quadrichromie, ...
    image hébergée par photomaniak.com

     

    BIEN AVANT LA SORTIE DU LIVRE

    • Savez-vous que le nombre de pages du livre doit être défini à l’avance pour la confection de la couverture !
    • Une autre chose importante à choisir, c’est la date de sortie du bouquin. Celui-ci doit être chez l’imprimeur à J-15 jours. Il faut compter une semaine de délai de fabrication pour du noir et blanc et 2 semaines pour un livre en couleurs, avant de passer aux « bons à tirer » appelés « épreuves ».
     
    ENTREPÔTS

    Dans des immenses entrepôts, le stockage des livres est robotisé pour accéder aux longs étalages ainsi que pour la mise en conditionnement ( cartons, caisses, …), avant d’aller livrer chez les libraires et pour le stockage lors du retour des invendus.
     
    A LA SORTIE DU LIVRE

    • La critique littéraire, le « bouche à oreille », les journalistes sont mis à contribution.
    • Les diffuseurs (les représentants) partent en déplacements au nom de l’éditeur.
    • Les « soldeurs » arrivent en dernier pour prolonger les ventes. Ils achètent les livres au poids (et oui !) puis les brade (mairies, écoles, …).
    image hébergée par photomaniak.com
     
    La deuxième partie intitulée 
    « CREATION ET FABRICATION » 
    d’un album pour la jeunesse selon les procédés mis en place par 
    L’ ECOLE DES LOISIRS 
    qui nous ont été expliqués par 
    EMMANUELLE CAUSSE, 

    sera mise sur mon blog demain ou après-demain selon mes disponibilités.

    Alors, si ce documentaire vous a plu, je vous dis « A BIENTÔT » pour la suite !

    www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.
    « Histoire de coupleECOLE DES LOISIRS: secteur JEUNESSE »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Lundi 3 Décembre 2007 à 20:59
    Milkouleur

    Bonsoir Alrisha. Je passe vite pour un coucou comme promis.  Mes com. ne sont pas très longs faute de temps, en plus ce soir la toile doit être envahie, ça rame ....Ce reportage est vraiment passionnant, c'est un domaine que je ne connais pas trop, sauf le plaisie de lire. Bisous et bonne fin de semaine - Milkouleur

    2
    Lundi 3 Décembre 2007 à 21:41
    MERCI DE TON PASSAGE , BONNE SOIREE A TOI, BISES ,CHRISTEL
    3
    Lundi 3 Décembre 2007 à 22:04
    Alrisha, tu as fait un petit manuel pour savoir dans quoi on se lance quand on écrit un livre et qu'on veut le faire publier. J'ai un soeur qui en a publié deux par une petite imprimerie et tout le reste elle fait elle-même et c'est pas du gâteau.
    C'est un peu comme les artistes pour se faire connaitre.
    Bonne soirée.
    4
    Lundi 3 Décembre 2007 à 22:07
    sachot

    bonsoir

    très intéressant ces explications sur les droits d'auteur et le precessus de fabrication pour un novice; merci
    bonne soirée et bises
    doque

    5
    Mardi 4 Décembre 2007 à 06:46
    corinne
    1 vote
    Bisous et bon mardi
    6
    Mardi 4 Décembre 2007 à 09:00
    IRIS
    bonjour Alrisha !!! très intéressant il faut que les jeunes lisent c'est très important 
    je reviendrai donc lire la suite !!!
    bisous /IRIS
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    7
    Mardi 4 Décembre 2007 à 10:28
    8
    Mardi 4 Décembre 2007 à 21:39
    Santounette
    Bien sur qu'il est intéressant cet article Alrisha je me suis toujours demandé comment il faut faire pour publier un livre mais lorsque je vois les droits d'auteur je trouve cela un peu scandaleux et le temps de mise en rayon aussi. C'est dommage, je suis sure qu'il y a des chefs d'oeuvre qui ont du finir au pilon.
    Santounette
    9
    Mardi 4 Décembre 2007 à 23:29
    oursonne libre
    c'est un tres bel article sur la presse et l'edition
    mersi alrisha
    10
    Mardi 4 Décembre 2007 à 23:49
    Ton article est très intéressant, Alrisha.
    Le délais de 15 jours pour qu'un livre plaise ou pas est bien incroyable.
    Je ne peux m'empêcher de penser à la jeune Amélie Nothomb qui -outre son talent indéniable- doit bien connaître ces éléments qu'elle a sans doute intégré pour gérer son rythme de parutions  ;)
    Gros bisous 
    11
    Mercredi 5 Décembre 2007 à 00:06
    mickymath
    super ton article!! j'aurais aimé aussi en éditer, mais je ne conais rien et en te lisant c'est pas très encourageant, mais pour les prix que les auteurs toucent, là je savais!! mais c'est aussi sa propre satisfaction!! je t'embrasse!! micky
    12
    Mercredi 5 Décembre 2007 à 17:55
    sonja

    Bonsoir ma chère Monique
    Le sujet est plus qu'interessant. En fin de compte, il faut reconnaitre que celui qui écrit, il ne lui reste que des poussières, lorsque son livre est édité.
    Merci pour ces explications détaillées. J'attends la suite, mais je ne dois pas être la seule...
    Bisous

    13
    Bastien
    Mercredi 2 Octobre 2013 à 15:27
    Bastien

    Bonjour !

    Trés bon boulot d'information, trés pédagogique, et amplement instructif !

    Vous pouvez être fier de votre travail !!

    Cordialement,

    Bastien.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :