• Je sors du château de Vaux le Vicomte. Dernier regard vers l’entrée nord du château.

     entree-nord-5050.jpg

     

    Je me dirige vers l’Ouest.

     direction-ouest-5052.jpg

    On remarque les bâches qui entourent les échafaudages de la coupole qui était en réfection.

    jardins-ouest-5053.jpg

     

    jardins-ouest-5058.jpg

    Vers l’arrière,  en me retournant, je m’éloigne de l’aile droite de l’entrée du château.

     aile-droite-5060.jpg

    Rencontres de parterres de fleurs.

    parterre-de-fleurs-5062.jpg

     

    parterre-de-fleurs-5064.jpg

     

    Au pied du château,  les quatre groupes d’enfants porteurs de corbeilles de fruits proviennent du château de Maisons-Laffitte.

     groupe-d-enfants-5065.jpg

    Puis, des broderies de buis s’étalent à perte de vue.

     broderies-au-loin-5075.jpg

    Demain, d’autres clichés pris selon mon inspiration et mon sens de visite. Depuis le début de mes nombreux articles sur ce château, toutes les photos sont mises dans l’ordre de mes découvertes.

     

    angle-de-vue-3


    Partager via Gmail

    9 commentaires
  • Toujours à Vaux le Vicomte, vues sur les jardins prises de l'étage du château.

    vues-sur-les-jardins-4976.jpg

     

    vues-sur-les-jardins-4982.jpg

     

    Demain, nous irons dans les Jardins.

     

     

    angle-de-vue-3

    Partager via Gmail

    9 commentaires
  • La surélévation du château a permis de concevoir des cuisines qui prennent le jour par des fenêtres hautes. Chacune des pièces a une destination bien précise. Les pièces voûtées servaient pour assurer la conservation des aliments. On utilisait également dans ce but la glace rapportée de la glacière située à l’extérieur du château, puits où l’on accumulait des blocs au moment des grands gels et que l’on bouchait avec du plâtre, ce qui en assurait la conservation jusqu’à l’automne.

     table-5045.jpg

    Un majordome surveillait la population nombreuse des serviteurs. Celui de Fouquet, le célèbre Vatel, se suicida alors qu’il était au service des Condé sous prétexte que la marée n’était pas arrivée à temps.

     table-5037.jpg

    La grande cuisine de Vaux n’a cessé d’être utilisée depuis Fouquet : réaménagée en 1875, elle a servi régulièrement jusqu’en 1956.

    cruches-5038.jpg

    cruches-5039.jpg

     

    plan-de-travail-5040.jpg

    cheminee-5041.jpg

     

    fontaine-5042.jpg

     

    casseroles-5043.jpg

     

    cuivres-5044.jpg


    Lundi, on passera, à nouveau, en extérieur. Cette fois-ci ce sera en direction des Jardins.

     

     

    angle-de-vue-3


    Partager via Gmail

    8 commentaires
  • Pour le Masque de fer, l’une de ses prisons fut Pignerol où était emprisonné Nicolas Fouquet. C’est ainsi qu’une pancarte explicative se trouve dans l’un des couloirs du château de Vaux le Vicomte. Nicolas Fouquet l’a-t-il connu ?

    pancarte-masque-de-fer-5034.jpg 

    Dans un renfoncement, une représentation, grandeur nature, du prisonnier.

    masque-de-fer-5036.jpg 

    Demain, de nombreuses photos sur les cuisines.

     

     

    angle-de-vue-3


    Partager via Gmail

    5 commentaires
  • Quelques précisions : Jusqu’au milieu du XVIIè siècle, aucune pièce n’était spécialement dévolue aux repas. Ceux-ci étaient pris sur des tables volantes dressées habituellement dans les antichambres. La salle à manger de vaux est l’une des premières consacrées à cet usage.  Dans une pièce attenante, des consoles étaient chargées d’orfèvrerie où l’on disposait les plats apportés des lointaines cuisines sur des brancards munis de réchauds.

    table-de-repas-5023.jpg 

    Au centre, derrière la table, sur un écran, des scènes de danses sont projetées.

     danses-5024.jpg

    Danseurs et courtisans évoquent la fête donnée par Nicolas Fouquet en l’honneur du Roi le 17 août 1661.

    danses-5025.jpg 

    Demain, l’énigme du Masque de Fer.

     

    angle-de-vue-3


    Partager via Gmail

    10 commentaires
  • Dans la pièce attenante à la chambre royale, on est dans l’ancien cabinet du roi. C’est une pièce inachevée et les stucs du plafond devaient sans nul doute recevoir un décor peint par Le Brun, dont l’exécution fut suspendue par la chute du surintendant.

     plafond-cabinet-du-roi-5014.jpg

    Ce cabinet de bains redécoré vers 1840 par Visconti, architecte du duc de Praslin, abrite des ustensiles de toilette du XVIIIè siècle : baignoire, chauffe-bain, bidet,

     cabinet-de-bains-5016.jpg

    Et là, une chaise percée.

     chaise-percee-5018.jpg

    Un regard vers le plafond de ce cabinet.

     plafond-5017.jpg

    Dans l’antichambre de Villars, la toile du fond représente la victoire du maréchal à Kolesberg (1677).

    A droite le buste de Louis de Bourbon, le Grand Condé, et à gauche, le buste du maréchal Turenne. Sur le mur, un profil en cuir de Louis XIV.

     antichambre-de-villars-5020.jpg

    La chambre de Villars est caractérisée par une alcôve délimitée par deux colonnes en bois peint.

     chambre-de-villars-5021.jpg

    Elle abrite un lit du XVIIIè siècle dont les pentes, bonnes-grâces, tête et couvre-lit illustrent des épisodes de l’Histoire de Psyché. Au mur, un grand Christ en ivoire du XVIIIè siècle domine un prie-dieu de la même époque.

    lit-de-villars-5022.jpg 

    Demain, la salle des buffets.

     

    angle-de-vue-3


    Partager via Gmail

    6 commentaires
  • Explications sur cette chambre appelée « Chambre du roi ». L’usage d’Ancien Régime voulait que la maison d’un grand seigneur comporte une chambre à coucher d’apparat, prête à être offerte au roi au cas où il demanderait l’hospitalité pour la nuit. Aucun souverain ne coucha jamais à Vaux le Vicomte, et le maréchal de Villars fit de cette pièce la chambre de son épouse.

    On voit sur la droite un important cabinet en marqueterie d’étain et d’ivoire sur fond d’ébène décoré de plaques de pierres paysagères. On y voit deux séries de 5 tiroirs chacune. A la base, 3 tiroirs soutenus par 4 torses « en gaine » en bois doré. Tablette d’entrejambes avec cariatides et 6 pieds sculptés.

    Tabourets et fauteuil de style 1660. Lustres de style 1650.

     chambre-du-roi-5008.jpg

    Lion en stuc du à Girardon et Legendre, représentant la puissance royale.

    lion-plafond-5009.jpg 

    Tableau au joli bouquet de fleurs.

     peinture-fleurs-5010.jpg

    Dieu au-dessus de l’alcôve. Sans doute Vertumne.

     peinture-dieu-5011.jpg

    Là, sur le mur face à la cheminée, l’une des nombreuses versions du portrait équestre de Louis XIV par Houasse (1645-1710).

     statue-equestre-louis-XIV-5.jpg

     

     

    Plusieurs cabinets, antichambre et chambre dans l’article de demain.

     

    angle-de-vue-3


    Partager via Gmail

    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique