•  

     
    Sur le chemin
     
    Un chemin creux emprunter,
    ses yeux pour seuls guides.
    Petits escargots accrochés
    comme des notes de musique
    sur de frêles tiges
    comme figés par l’air du temps.
    Coquelicots en corolles rougeoyantes
    et fleurs de chardon bleutées
    éparpillés dans les herbes folles.
    Sous les rayons du soleil,
    admirer la valse des papillons
    qui, en rondes interminables
    donnent des baisers
    à chaque beauté rencontrée.
    Se faire légère,
    se faire oublier
    pour mieux les contempler.
    S’accroupir pour observer
    quelques araignées
    à leurs fils cramponnées.
    Ne pas déranger
    la Nature
    qui sait si bien se révéler
    pour qui sait le regarder.

    Partager via Gmail

    8 commentaires
  •  

    A mon Amie
     
    Douce nuit étoilée.
    Le ciel au-dessus de nos têtes
    Comme un chapeau
    S’est positionné.
    Il nous ouvre ses merveilles ;
    Constellations brillantes
    Qui scintillent.
    Grande Ourse, Petite Ourse,
    Se perdent au milieu
    D’étoiles éparpillées.
    Notre regard s’aventure
    Et notre esprit s’évade.
    Le doux bruissement des feuilles
    Pour simple compagnie.
    Air de plus en plus vivifiant
    Au fil des secondes qui s’égrainent.
    Sous la voûte céleste,
    Les rêveuses s’échappent dans des contrées
    Où calme et paix règnent.
    Pas d’agression
    Dans ce pays.
    Le firmament ouvert
    Dans son immensité,
    A l’Amitié partagée.
     
    Monique GUAY

    Partager via Gmail

    2 commentaires

  • Emprisonnée

    Poussée vers l'avant,
    Poussée hors du clan,
    C'était trop poignant.

    Volonté délibérée
    De m'exclure,
    A cause d'une déchirure.

    Véritable déchirure,
    Blessure,
    Ou fin d'une aventure
    Voulue et désirée.

    Réaction instantanée,
    Mal préparée,
    Par mes propos trop vite rédigés,
    Me voilà emprisonnée.

    Par mon "égo" démesuré,
    Me voilà emprisonnée.

    L'autre appréhander,
    S'en approcher,
    Au risque de se brûler;
    S'en éloigner
    Au risque de sombrer.

    Sensation d'amertume, 
    D'une écume
    Noyée dans la brume.

    Pouvoir s'exprimer
    M'est ôté.
    Tel sur un animal blessé, 
    Le piège s'est refermé.

    De cette prison
    Viendra-t-on me libérer?
    Les préjugés
    Mis de côté?

    Les premiers pas
    De l'autre
    Pour une fois !!!!


    Monique GUAY

    Partager via Gmail

    3 commentaires
  •  
     Le secret
     
     Sur le chemin près du bois                               
     J'ai trouvé tout un trésor :
     Une coquille de noix
     Une sauterelle en or
     Un arc-en-ciel qu'était mort.
     
     À personne je n'ai rien dit
     Dans ma main je les ai pris
     Et je l'ai tenue fermée
      Fermée jusqu'à l'étrangler
      Du lundi au samedi.
     
     Le dimanche l'ai rouverte
     Mais il n'y avait plus rien !
     Et j'ai raconté au chien
     Couché dans sa niche verte
     Comme j'avais du chagrin.
     
     Il m'a dit sans aboyer :
     « Cette nuit, tu vas rêver. »
     La nuit, il faisait si noir
     Que j'ai cru à une histoire
     Et que tout était perdu.
     
     Mais d'un seul coup j'ai bien vu
     Un navire dans le ciel
     Traîné par une sauterelle
     Sur des vagues d'arc-en-ciel !
     
    René de Obaldia

    Cela tient à la fois du rêve et du conte.
    Superbe poème de cet auteur dramatique, poète et académicien français.




    Partager via Gmail

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique