• A la Halle au Blé, Montier-en-Der Festival 2010, ces randonneurs perdus au milieu des parois de cette haute montagne d'Islande donnent bien l'échelle de la petitesse de l'homme par rapport à l'immensité de la nature. Une photo saisissante !

    Islande-2278

     

    Sur ces "vues d'ailleurs", réfléchissons bien aux propos

    d'Aminata Traoré !

     

    vues-d'ailleurs-2281

     

    Sabrina et Roland faisaient partie des invités d'honneur français. Tous deux parcourent l'Asie depuis plus de 50 ans. Et notamment, leurs photos d'Afghanistan ont donné envie à de nombreux photographes voyageurs de partir.

    Photographiée en 1970, 1971 et 1977, "La Grande Caravane" a permis de faire mieux connaître ce peuple kirghize ( peut-être millénaire). Un travail de patience aux côtés de ces gens qui traversent des lieux difficiles mais magnifiques aux confins de la Russie et de la Chine. 17 chameaux naviguent dans le WAKHAN.

    J'ai retenu ce cliché qui montre bien le cheminement de cette caravane sur les flans montagneux et arides de cette région.

    Pour moi, une sorte de sérénité s'en dégage.

     

    caravane-Kirghize-2282

     

    A l'extérieur de la salle des Fêtes de Ceffonds, le Conseil Régional de Lorraine exposait.

    Et là, j'ai trouvé le "CLOU" de tous les clichés du Festival à mes yeux.

    Une photo d'un graphisme extraordinaire prise à fleur d'eau d'un étang. Un véritable tableau d'artiste ! Un cliché comme j'aimerais pouvoir prendre ! Dommage, le nom de l'auteur n'était pas indiqué !

    Je me suis permise de créer un cadre blanc tout autour pour le mettre encore plus en valeur.

    Un "COUP DE COEUR" extraordinaire pour moi !!!!

     

    graphisme-étang-Meuse-2292

     

    Un coup d'oeil chez SITELLE et son  "ANGLE DE VUE" en cliquant sur son nom en rose !

     


    Partager via Gmail

    8 commentaires
  • Certains d'entre vous me demandent de montrer plusieurs autres de mes "coups de coeur" lors du Festival International de la photo animalière et de nature 2010 à Montier-en-Der.

     

    Cette perdrix perchée haute en couleurs a attiré mon attention.

    perdrix-Jean-Lou-Zimmermann

    Comment ne pas résister à flasher sur ces papillons gazés, moi qui en ai pris plusieurs ce printemps et cet été. Là, c'est un vrai bouquet qui s'accrochent à cette fleur.

    papillons-gazés-2230

    Au jardin Linet, d'immenses photos de "Tigres en danger", le titre de l'expo d'André BOSMANS. Le tigre mon animal fétiche et mon signe du Zodiaque chinois.

    expo-tigres-2245

     

    tigre-buvant-2246

    Le désert, un monde inhospitalier qui me fascine.

    Sahara-vent-de-sable-2275

     

     

    Un paysage sublime au lever du soleil chez SITELLE et son

     "ANGLE DE VUE" !

    Cliquez sur son nom en rose pour découvrir la photo !

     


    Partager via Gmail

    8 commentaires
  • Toujours au Festival 2010 à Montier-en-Der.

    Dans la catégorie « Animal portrait », plusieurs clichés sont saisissants par leur originalité.

    Ils sont proposés dans le cadre du « RUSSIAN GOLDEN TORTLE », le plus grand concours et la plus grande exposition de photographies de nature sauvage en Russie. Là, à Montier, on nous montre quelques clichés des meilleures photos de ce concours depuis sa création.

    Par exemple, ce rapace m’a interpellée par la forme de ses ailes en papillon.

    rapace-papillon-2205 

    Puis cet « harlequin des bois » qui semble intrigué par le photographe. Cette « vue de travers » lui permet-il d’y voir mieux ?

    harlequin-des-bois-2207

    Que dire ce cette libellule en habit de soie et aux ailes transparentes ! Des couleurs incroyables !

    Il faut un puissant objectif macro. Mais quand on obtient un tel cliché, l’investissement en vaut la chandelle.

    libellule-2214

    Nous sommes maintenant dans la catégorie des mammifères sauvages. Voici ce que Tanguy Stoecklé dit sur sa « Chauve-souris aux ailes d’or ».

    « J’ai travaillé sur cette espèce de chauve-souris durant deux ans, apprenant à connaître son lieu de vie et son territoire de chasse. J’ai attendu de nombreuses nuits avant de parvenir à saisir des instants de vols. Je voulais une photo où les ailes seraient floues et le reste du corps net. »

    chauve-souris-2217

    Je l’ai vu de loin ce chamois aux contours dorés. J’ai eu beaucoup de mal à le photographier car, d’une part des visiteurs stagnaient devant en parlant et d’autre part à cause des reflets des spots qui se dirigeaient sur la photo et faisaient de grosses auréoles de lumière. Mais quel cliché ! Je le trouve extraordinaire.

    chamois-2220

    Je vous ai mis les commentaires de l’auteur de la photo.

    chamois-texte-2221

     

    Là, « le poids des mots, le choc des photos » !!!! A chacun son interprétation.

     

    cerf-de-Virginie-2226

    Et je termine aujourd’hui avec ce couple de danseuses. Vues de loin elles donnent un graphisme des plus surprenants. Tout est dans l’élégance sur ce fond de neige. Blanc sur blanc et le noir juste là où il faut.

    couple-2227

    J’aurais encore d’autres « coups de cœur » plus tard.

     

    N’oubliez pas SITELLE et son « ANGLE DE VUE » ! Allez la voir en cliquant sur son nom en rose !

     

    Partager via Gmail

    10 commentaires
  • Nous sommes toujours au 14ème Festival de Montier-en-Der 2010. Cet article sera plus spécialement axé sur mes « coups de cœur » parmi les centaines de clichés présentés sur les 14 sites de la ville.

    Rappelons que ce festival est essentiellement centré sur la photo animalière et de nature. Vous connaissez mon rapport à la nature environnante. Alors, là, je fus très admirative.

    Par exemple, moi qui  essaie de « capturer » différents petits escargots, j’ai été en admiration devant celui-ci. Je vous laisse lire les explications données par l’auteur du cliché. Là, il utilise un flash d’ambiance, ce que je ne sais pas encore faire.

    escargot-2196 

    explications-escargot-2191

     

    Là, colibris et serpent face à face. Un instantané qu’il ne faut pas louper.

    colibris-et-serpent-2197-copie-1.jpg

      explications-colibris-2198

     

     

    Un insecte attiré par la lumière d’une ampoule. 3 flash utiliés pour ne rester qu’à 100 iso. Une macro exceptionnelle. Je vous écris ici les explications données sur ce cliché car ma photo est toute trouble.

    « « Attiré par la lumière de l’ampoule, un insecte se perd et virevolte dans un tourbillon sans fin autour de la lampe. Une situation classique lors d’une chaude nuit d’été. A la différence de beaucoup d’insectes qui finiront par trouver la mort, ce protagoniste a eu de la chance : je lui ai rendu délicatement la liberté. »

    ampoule-2201

     

    Regardez ce graphisme extraordinaire pour cette plus grande fleur d’Europe ! J’aimerais avoir ce cliché (tableau) sur l’un de mes murs. J’ai agrandi l’explication qui a été mal traduite de l’anglais d’ailleurs.

    lily-blanche-2202

     

    texte-lily-blanche-2203

    Je termine aujourd’hui avec  ce « tube de l’été » par Robin Monchatre parmi les premiers prix de la catégorie « AUTRES ANIMAUX SAUVAGES » et « arrêt sur image » en insolite. Une macro époustouflante.

     

    tube-de-l'été-2204

     

    SITELLE et son « ANGLE DE VUE » vous attend. C’est mon autre blog. Allez y faire un tour en cliquant sur son nom en rose !

     

     

    Partager via Gmail

    10 commentaires
  • Organisé par l’AFRAN « l’Or Vert », le 14ème Festival International de la Photo Animalière et de Nature de Montier-en-Der (52) vient d’avoir lieu. Je suis allée le visiter en compagnie de mon amie Odile ainsi que de Jean-Louis, un collègue photographe de notre association « GRAND ANGLE ». Jean-Louis, spécialiste de la photo animalière, qui vient sur place depuis de très nombreuses années nous a pilotées sur les différents espaces d’expos ainsi que dans la campagne aux points stratégiques du Lac du Der et des environs.

      Montier en Der 2010

    Ce festival est un lieu de rencontres entre photographes amateurs et professionnels ; un véritable échange entre les amoureux de la photo et de la nature. Plusieurs invités d’honneur français et étrangers sont présents chaque année. Citons Olivier FOLLMI comme parrain 2010.

    stands-2184

    Outre une grande librairie où je me suis achetée le guide « des plantes par la couleur », un autre lieu était réservé au matériel photographique et d’optique avec les dernières innovations. Prêt de réflex ou d’objectifs sont prévus. De quoi se faire une réelle idée de l’avancée technologique comme a pu le constater Jean-Louis avec sa location d’appareil.

     

    Que ce soit au C.O.S.E.C., sous différents chapiteaux, au collège Jean Renoir  où de jeunes photographes ont exposé de superbes photos, à l’O.T.S.I. et le Jardin Linet, aux Haras, à la Halle au Blé, …, même en plein air,

    otsi-2237

    en tout 14 sites différents, les visiteurs n’ont eu que l’embarras du choix pour admirer les merveilleux clichés présentés. On pouvait même s’attarder sur des conférences. Plus de 40 000 visiteurs en 2009 dont 4 300 scolaires.

    en-plein-air-2234

    Je ne vous ferai pas un plan détaillé. Aujourd’hui, demain et après-demain,  ce sera plus axé sur mes coups de cœur photographiés au passage dans les allées des expos.

     

    Nous avons remarqué que de plus en plus « l’animal dans son environnement » est sujet à des clichés où la part de l’émotion, de l’intimiste, de la sensation affective est de plus en plus présente.

    Ce cerf poursuivant une biche, malgré le flou, a été une photo primée lors d’un concours. Pourtant avec un tel cliché, on aurait tendance à mettre à la poubelle sa réalisation. Moment attendrissant d’un instant dans la vie amoureuse de ces cervidés.

    cerf-2160

    On a envie de réchauffer ce « lièvre brun » seul dans ce chemin en lisière de bois aux premières heures matinales avec fond de fraîcheur.

    lièvre-2163

    J’ai aussi beaucoup aimé les photos de Didier GUY. Il a photographié le Lac d’Orient alors qu’il était gelé et les prises de vue de givre, glaces ou glaçons sont magnifiques en noir et blanc.

    Didier-GUY-2187

     

    Encore d’autres coups de cœur demain ! 

    N’oubliez pas mes autres clichés sur  « ANGLE DE VUE » ! Cliquez sur son nom en rose !

     


    Partager via Gmail

    10 commentaires
  • Qui n’a pas mangé de pain d’épices dans sa tendre enfance ? Ma mère en achetait de temps en temps et j’en ai encore le goût à la bouche quand j’y repense. C’était notre goûter, notre « quatre heures » comme on disait par chez nous.
    Mais, il y a bien longtemps que je n’en ai pas mangé.
     
    Et puis récemment, je viens de lire dans mon quotidien régional que le PAIN D’EPICES, notamment à Reims avec la Maison FOSSIER, revient un peu plus « à la mode ».
     
    De forme ronde, carrée et parfois rectangulaire, le pain d’épices de couleur marron foncé a un poids qui peut varier de 50 g à 2 kg. Farine de seigle, eau, miel (60%) et épices le composent. Il doit avoir des « yeux » nombreux et de moyenne grandeur, une franche odeur de miel, une croûte brune, brillante et sèche.
    Comme je le notais un peu plus haut, il fut le goûter de nombreuses générations d’écoliers jusque dans les années 1980. 100 grammes de pain d’épices équivaut à 330 calories.
     
    Le pain d’épices de Dijon avec de la farine et des jaunes d’œufs diffère de celui de Reims qui se fait avec de la farine de seigle.
     
    A la manière de Reims
    On laisse reposer la pâte de 30 à 50 jours puis on incorpore des épices et on la façonne en pains longs déposés dans des moules passés ensuite au four plus ou moins longtemps.
    Il peut se conserver un an dans des endroits pas trop secs ni trop humides, de préférence dans un plastique bien fermé.
    Sensible aux variations du temps, il est dur par temps sec, froid ou venteux et redevient moelleux avec la pluie et l’humidité.
     
    Sur la région de Reims, vers la fin des années 1940, les biscuiteries avaient disparu.
     
    Récemment, sur une idée qu’il avait depuis longtemps, avec l’aide de sa famille, Charles de Fougueraux, patron de la famille FOSSIER, a repris une usine relais dans le Nord de Reims, a investi plus de 2 millions d’euros comme matériel neuf.
    Il en fabrique une sorte au miel pour le goûter ou le dessert et deux autres sortes plus ou moins sucrées pour déguster le foie gras.
     
    D’anciennes recettes sont mises à l’ordre du jour en cherchant un équilibre entre l’anis, le fenouil, la coriandre, le clou de girofle, des épices plus variées et plus goûteuses. Encore sous forme artisanale, le pain d’épices de la Maison FOSSIER, est coupé et emballé à la main.
     
    C’est le retour en grâce du pain d’épices de Reims. !
     
     
    D’ailleurs, la Maison Fossier est présente tous les ans sur le village de Noël à Reims.
     
     

    image hébergée par photomaniak.com

    Quand j’y suis allée, j’avais pris quelques photos de son chalet,
     
     

    image hébergée par photomaniak.com

    ainsi que d’un autre maison qui lui faisait concurrence un peu plus loin.

    image hébergée par photomaniak.com

    image hébergée par photomaniak.com

     

    Un avant-goût des pâtisseries et confiseries que l'on va déguster pour les fêtes de fin d'année.

     

    SITELLE vous attend avec sa nouvelle photo sur mon second blog !

    Cliquez sur son nom en rose !

     

    Partager via Gmail

    16 commentaires
  • Cimetière Américain du Bois Belleau (02)
     
    Géré par l'American Battle Monuments Commission, ce cimetière, d'une superficie de 21,25 ha, est situé au pied de la colline sur laquelle se trouve le Bois Belleau où beaucoup de ceux enterrés dans le cimetière perdirent la vie. 

    Lorsque le congrès autorisa, en 1921, son maintien en tant que l'un des huit cimetières permanents de la Première Guerre mondiale en terre étrangère, un accord fut passé avec le gouvernement français garantissant la jouissance des terres occupées à perpétuité, à titre gracieux sans aucun impôt ou taxe. 

    La grande allée conduisant du portail d'entrée aux carrés des tombes est bordée de platanes et de rosiers polyantha. 
    A gauche, le pavillon du gardien et à droite le pavillon d'accueil.

    Des massifs colorés de forsythias, lauriers, buis, cognassiers, deutzias, seringas et magnolias délimitent les carrés de tombes au nord. 
    DSC-1096-rec.jpg
    Des massifs de
    rosiers polyantha bordent le mail jusqu'aux marches de la chapelle. 

    Le cimetière a la forme générale d'un "T". La chapelle domine légèrement la barre transversale du "T" formée par les deux carrés de tombes, ceux-ci se déployant en un léger arc convexe de part et d'autre de l'allée centrale. 
    DSC-1072-rec.jpg
    Ils sont dominés par deux mâts porte-drapeaux. 

    Les carrés de tombes, se déploient de part et d'autre de l'extrémité sud du mail, le carré A à gauche 
    A gauche
    et le carré B à droite qui contiennent chacun treize rangées de tombes.
    DSC-1095-rec.jpg A droite
     Une étoile de David surmonte les tombes des soldats de confession israélite, une croix latine toutes les autres. 
    DSC-1067-rec.jpg
    Parmi les 2289 sépultures de cette nécropole, 251 contiennent les dépouilles mortelles de combattants qui n'ont pu être identifiés. 

    Ceux qui reposent ici étaient originaires des 48 États américains de l'époque et du
    District de Columbia

    La chapelle fut érigée au-dessus des tranchées. S'élevant à plus de 24 mètres, c'est un bel exemple de l'architecture romane française. 

     Dans le tympan au-dessus de l'entrée une sculpture représente un croisé en armure, défenseur du droit, flanqué des écussons des États-Unis et de la France entrelacés avec des branches de chênes, symbole de la traditionnelle coopération entre les deux pays. 
    DSC-1101-rec.jpg
    En 1940, une arme antichar allemande qui visait des chars français passant à proximité a laissé le trou dans le mur à droite de l'entrée. 




    DSC-1110-rec.jpg
    À l'intérieur de la chapelle au-dessus de l'entrée, le mur porte l'inscription suivante : « Les noms gravés sur ses murs sont ceux des soldats américains qui combattirent dans la région et qui reposent dans des tombes inconnues. » 
    DSC-1107-rec.jpg
    Les noms des 1060 disparus sont inscrits sur les murs de la chapelle. 

    Cinq vitraux ornent la chapelle. L'attention est attirée par l'autel de marbre italien, sculpté et doré.
    DSC-1125-rec.jpg Photo de l'arrière prise du Bois Belleau

    Dans le fond, au bout de l'allée, passe la route départementale n° 9 qui va de Mareuil-sur-Ourcq (60) à Château-Thierry (02).
    C'est cette route que j'emprunte régulièrement et qui traverse mon village (BRUMETZ).
    Une nouvelle photo aujourd'hui sur "ANGLE DE VUE" , mon second blog.
    Cliquez sur son nom en rose !

    Partager via Gmail

    25 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique