• En ce dimanche 1er août, il faisait beau et même chaud. Alors pas question de rester devant l’ordi ! Direction la piste de courses de Cross Car à 10 km de chez moi où je savais que je retrouverai mon frère ainsi qu’un neveu par alliance tous deux pilotes. Un moyen aussi de retrouver la famille qui se passionne pour ce sport.

    A mon arrivée, longue file de tous les véhicules participants prêts à faire le tour d’honneur. Arrosage de la piste, ce qui n’empêchera pas la poussière énorme qui s’élèvera petit à petit au fur et à mesure des courses.

     présentation-1

    Mon frère Jean-Luc dans sa voiture n° 22 dans l’attente du départ

     et la n° 68 de Frédéric qui arrive à son stand où est posté une partie de la famille, belle sœur, nièce, prêtes à donner des rafraîchissements si besoin.

    2-voitures-1

    Je me suis postée de l’autre côté sur le talus pour mieux dominer les différents virages et déjà de nombreux visiteurs sont sur place pour eux aussi être aux avant-postes.

    public-1

    Frédéric est de suite confronté à ses concurrents

    Frédéric-est-en-tête-1

    et la course bat son plein surtout dans les virages où les risques d’accrochages peuvent survenir.

    sept-gros-plans-1

    Une autre course s’élance et la bataille est rude là encore une fois ! La n° 12 aura une avarie et terminera sa course tirée par la remorqueuse.

    numéro-12-1

    Gros plans sur les bolides !

    quatre-gros-plan-1

    Une autre catégorie prend le départ. C’est un ballet de couleurs au milieu de la poussière qui se fait de plus en plus dense.

    couleurs-1

    Les belles carrosseries  prises individuellement.

    carrosseries-1

    Seulement 3 au départ !

    trois-1

    Bataille entre la 442 et la 22.

    bataille-1

    Accrochage : mon frère est poussé de travers sur le côté.

    accrochage-1

    Mon frère ne gardera pas la tête de course.

     

    Toutes les trois en gros plan !

    trois-gros-plans-1

    Attention, course mouvementée ! Ce sont les grosses cylindrées qui démarrent !

    grosses-cylindrées-1

    C’est une poursuite sans concessions.

    poursuite-1

    Chavirage dans un tournant !

    chavirage-1

    Plus de peur que de mal ! Les secours arrivent aussitôt et la voiture est remise sur roues.

    secours-1

    Le pilote reprend le volant et se stationne en bas de piste. La course peut à nouveau continuer.

    remise-sur-roues-1

    La fin de l’après-midi approche et c’est le moment du remorquage avant le départ. Les gagnants restent pour les remises de prix auxquelles je n’ai pas assistées. Je suis rentrée les vêtements complètement poussiéreux ainsi que mes appareils photos que j’avais quand même essayé de protéger.

    DSC5316-remorquage

    Encore un reportage qui m’a demandé plusieurs heures de préparation ! C’est pour faire plaisir à ma famille mais aussi aux organisateurs que je connais également.

     

    papillon 021

     

    Double duo sur « ANGLE DE VUE » aujourd’hui !

     

     

    Cliquez par curiosité !

    Partager via Gmail

    8 commentaires
  • Dernier jour aujourd’hui !

    Je monte ce matin à Ressons pour le décrochage ! C’est à 1h et demie de chez moi au Nord-Est de l’Oise entre Compiègne et Montdidier.

    Plus de deux mois (depuis le 29 juin) dans les locaux  de la Maison du Conseil Général de Ressons-sur-Matz. Je n’ai jamais exposé aussi longtemps. Mes photos étaient réparties dans chacune des trois salles ouvertes au public.

     

    Avant de parler de mon expo, quelques explications sur les lieux qui m’ont accueillie.

    Cette Maison est avant tout un service de proximité ouvert à tous, que ce soit des particuliers, des associations ou des élus. Sur place, grâce à Claire Hennequin et ses collaboratrices, chacun peut recevoir des informations, des conseils, des aides divers. Soins à domicile, aides aux handicapés, formulaires à remplir, orientations dans les études, … Accès libre et gratuit à internet et aux outils informatiques. Des permanences sur RDV à l’aide d’une borne interactive avec écran face à un correspondant spécialisé dans la défense des consommateurs, les droits et devoirs des locataires et propriétaires, l’aide aux victimes, …etc

    Les élus des villages du canton peuvent venir pour des demandes d’aides à l’investissement dans leurs communes, l’étude de subventions possibles, …

     

    Pour agrémenter l’espace d’accueil, des expositions ont lieu et c’est dans ce cadre que j’ai été contactée. Avec les scolaires de la ville, durant tout le dernier trimestre scolaire, des échanges avaient lieu sur la biodiversité dans le cadre d’une sensibilisation plus large du public. Notamment des nichoirs avaient été construits et exposés dans les locaux. La responsable recherchait quelqu’un qui exposait sur les oiseaux de nos contrées. J’exposais à l’Office de tourisme de Villers-Cotterêts à ce moment-là en juin. Par internet, Claire Hennequin a eu connaissance de cette expo et de fil en aiguille, tout d’abord en prêtant des clichés pour argumenter les travaux des élèves et en me déplaçant pour recevoir les élèves fort curieux du fonctionnement de mon attirail photographique, l’idée est venue de présenter également d’autres clichés sur les insectes et les fleurs.

     

    Là, on voit le prêt de mes clichés (avant mon expo) pour donner plus de « vivant » aux nichoirs et perchoirs confectionnés par les élèves.  

    nichoirs-1 

     

    C’est ainsi, que mon expo « Regards sur les oiseaux des jardins, les insectes et les fleurs de nos campagnes » fut soumise à l’appréciation du Conseil Général de l’Oise et finalement  acceptée.

    affiche expo guay copie rec 1

    Voici un aperçu des photos exposées sur les murs. Dans la pièce d’accueil, on décida de montrer les insectes au regard du public.

    Difficile de reconnaître certains clichés ! Photos prises de loin, mais vous les connaissez pour les avoir déjà vues sur mes deux blogs.

    les-insectes-1

    Plus avant dans la salle de réunion, on a accroché les oiseaux. Merci à Claire Hennequin qui s’est chargée de monter sur l’escabeau ! Avec mon amie Annick, on choisissait le meilleur emplacement pour chaque cadre. Merci encore à toi de m’avoir accompagnée et aidée à décharger toutes les caisses de cadres, à mettre en place les photos et passe-partout.

    les-oiseaux-1

    Le bureau de Claire fut réservé aux fleurs !!!!

    les-fleurs-1

    Pour la touche finale, le livre d’or fut posé sur le rebord de l’ancienne cheminée avec  quelques albums en présentation, ainsi que cartes et dépliants pour mes coordonnées.

    livre-d-or-1

    Déjà une quinzaine de jours après le début de l’expo, j’avais de nombreux commentaires élogieux. J’en reçus d’autres encore le 17 juillet, jour du petit vernissage, ou plutôt moment de rencontre avec les invités et passionnés de photos ou simplement des visiteurs curieux  ayant envie de rencontrer la photographe en chair et en os. Sympathique moment d’échanges autour d’un petit goûter avec gâteaux régionaux et boissons typiques tels le cidre d’Armorique ou le sirop de châtaignes issu d’Aveyron.

    pot-amitie-1

    Je tiens particulièrement à remercier Patrick, ami photographe de notre association « GRAND ANGLE » venu spécialement de Villers-Cotterêts pour la circonstance. Sache, Patrick, que tu m’as fait là un grand plaisir !

    DSC3593-vernissage

    Annick était là aussi bien sûr ! Faut dire que nous avions prévu d’aller au restaurant ensemble le midi et que dans l’après-midi, elle avait décidé de me montrer le site de l’Abbaye d’Ourscamp. Ce samedi 17 juillet fut bien rempli.

    DSC3596-vernissage

    Très grande satisfaction pour moi que cette expo ! Les photos ont plu et quelques exemplaires sont partis en vente avec même des recommandes pour le triple vol de canards qui a été particulièrement apprécié. Des contacts agréables et sympathiques avec les visiteurs.

    Expo-Ressons-sur-Matz 7726 vil 30x40 zphoto

    Et l’année 2011 s’annonce encore plus prometteuse !

    Vous allez dire que je me vente, mais j’ai déjà 3 expos de programmées.

    Une dans l’Oise en juillet et août à la Maison du Tourisme des Deux Vallées à Chiry-Ourscamp (thème fleurs et papillons) et deux dans l’Aisne, l’une en avril dans la salle d’exposition de l’Office de Tourisme de Fère-en-Tardenois (panel faune, flore, architecture) et en juin-début juillet à l’Office de tourisme de Villers-Cotterêts (thème de la macro photo).

     

    Encore un grand merci à Claire Hennequin pour son aimable accueil, sa disponibilité, sa simplicité doublée d’une grande gentillesse ! A travers elle, merci aussi au Conseil Général de l’Oise !

    papillon 021

     

    Aujourd'hui, sur  "ANGLE DE VUE", la chenille et son papillon réunis !

    Un petit clic pour accéder au site !

    Inscrivez-vous à mes articles en cochant "inscription à la Newsletter et aux articles" pour être sûrs de ne rien louper !

    Partager via Gmail

    25 commentaires
  • Suite à mon article d’hier sur ce spectacle de rapaces et d’aigles à Château-Thierry, voici quelques clichés de ces fauconniers passionnés.

    Parfois, des poussées d’envols, parfois des réceptions d’oiseaux, gros plan sur des détails et aussi des clichés de ces volatiles en plein vol au-dessus de nos têtes ou plus loin dans les airs vers leur perchoir.

    Des photos qui se suffisent en elles-mêmes et qui donnent une idée du mouvement de ce ballet chorégraphique.

    Mais, le plus simple, c’est d’aller faire un tour voir ce spectacle haut en couleurs. Vraiment une attraction à ne pas manquer dans la région !

     

    DSC7122-complicité

     

    DSC7336-double-regard

     

    Aigles-Chateau-Thierry 9291-tendre-regard

     

    dialogues-1

     

    ailes-écartées-1

     

    envols-1

     

    DSC7351-retour

     

    à-tire-d'ailes-1

     

    planches-1

     

    DSC7331-rafale

     

    têtes-1

     

    danse-1

     

    éventails-1

     

    magie-1

    Une visite que l’on pourrait faire au même moment que le

     

    FESTIVAL PATRIMOINE VIVANT  « Euromédiévales »


    à base de reconstitutions historiques avec cette année l’invasion des Vikings, artisanat médiéval, concerts,…, qui se déroulera du 17 au 19 septembre au Parc saint Joseph.

    On pourrait ainsi « faire d’une pierre deux coups ».

    Passer de la ville haute à la ville basse en passant par les bords de la Marne à pied :

    ce n’est pas insurmontable !

    Pour ma part, je considère ces deux manifestations comme une belle valorisation du patrimoine de la ville.

     

    DSC7112-vol-libre

     

    papillon 021

    Drôle de « Coup d’œil » sur « ANGLE DE VUE » aujourd’hui !

     

    Partager via Gmail

    12 commentaires
  • Je suis allée voir "Danse avec les aigles", le nouveau spectacle avec les aigles du château médiéval de Château-Thierry (02).

    "Aux anges" j'étais ! Formidable spectacle !

    Très bonne initiative de la ville que j'approuve.

     

    21 août 2010 en après-midi, direction l’esplanade du château médiéval !

    Les rapaces m’ont toujours, à la fois, attirée et impressionnée. Parmi eux, l’aigle, cet « Oiseau de Jupiter » comme le nommait Jean de La Fontaine dans sa fable « Le corbeau voulant imiter l’aigle ». La majesté, la puissance, la grâce de ces volatiles étaient au rendez-vous de ce spectacle de fauconnerie intitulé « Danse avec les aigles » et la troupe de fauconniers passionnés par leur art et leurs oiseaux de proie a su donner de l’ampleur à ces vols en totale liberté.

    MEDIA 870b61c2-6c4b-4fd6-ab79-1e2b85ac5e64 aigles

    Sur l’esplanade du Vieux château, toujours libre d’accès au public qui peut s’y promener à la découverte de la ville vue des hauteurs des remparts, s’y reposer sur des bancs et même y observer et photographier des lézards, des palissades de bois s’élèvent.

     

    A l’intérieur, des abris, perchoirs, refuges, toujours en bois, sont installés sans dégradation des lieux.

    palissade-1

    Plus d’une centaine d’oiseaux d’une trentaine d’espèces différentes y vivent. Ils viennent de la société des Aigles de Beaucaire, une ville du Midi de la France. Après 19 années de spectacles en ces lieux, le choix de Château-Thierry s’est fait après appel à projet national. Là, à Château-Thierry, être au cœur de la ville, sur les hauteurs, c’était l’idéal pour les rapaces. Gisèle Carrère, la responsable du spectacle, qui a également participé à la création de la volerie du Puy du Fou et aux Aigles de Provins, a senti qu’elle pouvait, là, faire passer favorablement un message sur la protection de ces animaux. En effet, l’environnement est primordial pour les rapaces. Les oiseaux de proie ont besoin d’un territoire bien à eux.

    remparts-1

    Depuis la mi-juillet, début des spectacles , (voir les jours et horaires sur leur site en bas d'article), les chorégraphies se succèdent et les oiseaux commencent à bien prendre leurs repères.

    DSC7144-au-milieu-du-publi

    En 45 minutes, c’est un ballet incessant qui s’active au-dessus des têtes des spectateurs. On est plongé dans les allers et venues des ailes de ces oiseaux qui nous frôlent,

    frôlements-1

    se promènent sur les bancs au milieu du public,

    bancs-1

    se posent même sur la tête de certains d’entre nous.  

    Un aigle s’est posé sur ma tête pendant une bonne minute. Même pas eu peur !  

    Après avoir tenu une mygale dans les mains, ainsi que des serpents, avoir photographié des araignées en gros plan, fait de la montgolfière (à Château d’ailleurs), je ne pouvais avoir peur des serres d’un aigle !!!!

    Celles et ceux qui connaissent mon blog depuis longtemps, savent que je suis un peu « casse-cou ».

    Pas de photo avec l’aigle sur ma tête ! Dommage !

    DSC7224-sur-la-tête-rec

    Parfois, les rapaces ont décidé de s’éloigner et volent aux alentours avant de revenir

    au-loin-1

    auprès de leurs fauconniers qui ne manquent pas  de leur donner une récompense dans le creux de leurs gants.

    fauconnière-1

    D’après ce que j’ai lu, Gisèle Carrère souligne que « le fauconnier est au service de son oiseau ». Ce dernier a un territoire qu’il tient à faire respecter. Il faut savoir utiliser la récompense et la doser pour bien communiquer avec l’oiseau.

    Aigles-Chateau-Thierry 9269-présentation

     

    Au passage, je tenais à vous montrer les magnifiques costumes portés par les fauconniers.

    costumes-1

    Présentation des acteurs : fauconniers et rapaces

    acteurs-2

    Avec de vifs remerciements au public,

     

    l’animatrice entourée des fauconniers, lance un message en expliquant toute la passion et l’amour qu’ils peuvent avoir pour leurs rapaces et que la protection de ces animaux est primordiale.

     

    Chacun est invité à visiter la volerie,

    VOIR LES RAPACES

    hibou 011

    ICI,      ICI    ET     ICI  

    à se documenter grâce à des panneaux explicatifs ainsi qu’à poser des questions aux fauconniers afin de cerner ce monde peu connu.

    danse-avec-les-aigles-1

    Vraiment des gens passionnés et passionnants ! Leur site ICI .

     

    Demain, gros plans sur ces fauconniers et certains envols pris en gros plans !

    Ne loupez pas cet article !

    Revenez demain !

     

    papillon 021

    Un petit tour sur  « ANGLE DE VUE » mon second blog et la faune et flore de notre environnement !

    Partager via Gmail

    15 commentaires
  • Voilà deux mois que cette bourse animalière a eu lieu et je n’avais pas encore eu le temps de créer l’article. Organisée par notre association photographique depuis plusieurs années, l’évènement a ses adeptes et c’est ainsi que pendant deux jours, les amateurs se sont succédés. Il ne fallait pas louper le rendez-vous.

    Bourse-animaliere 7849-affiche 

     

    Mais pour d’autres personnes, pas question d’entrer regarder et côtoyer des araignées, des serpents ou autres reptiles. Notons au passage que les exposants sont tous des éleveurs agrémentés et que les espèces mises en vente ne sont que des espèces que l’on peut détenir légalement.

     

    Bourse-animaliere 7793-legalite

    On a pu remarquer que les enfants ont été nombreux à se déplacer avec leurs parents. Ils n’ont pas d’a priori et sont confiants surtout quand les exposants n’hésitent pas à leur montrer les animaux en les tenant dans les mains. 

    phasmes-1

     

    Pour la première fois, un éleveur de tortues était présent. A côté de la petite terrestre ou de celle qui aime l’eau, il y avait une espèce qui a beaucoup attiré l’attention de chacun. Une geochelone sulcata en provenance du Sénégal qui pèse déjà 10 kilos à l’âge de 10 ans. On peut en détenir légalement dans la limite de 10 spécimens. Espèce en annexe 2B vendue aux alentours de 1000 euros. Elle peut vivre jusqu’à 100 ans. A n’acheter qu’en connaissance de cause et surtout pas sur un coup de tête ou pour la Noël d’un enfant !

     

    tortues-1

    Parmi les serpents, une femelle (je ne me souviens plus de son nom) a pondu pendant le temps de l’exposition. L’éleveur en parlait comme si c’était un membre de sa famille qui venait d’avoir un petit.

    Bourse-animaliere 7762-oeuf-de-serpent

     

    On pouvait observer des phasmes, des scorpions, des mygales, … Cette année, je n’en ai pas tenue une dans ma main. Mais d’autres l’ont fait !!!! Des iguanes, des lézards gecko, des hamsters.

    serpents-1

     

    scorpions-1

     

    mygales-1

     

    Bourse-animaliere 7759-iguane

    Egalement des objets décoratifs, des aquariums, de la nourriture diverse, des collections de papillons, …

     

    objets-1

    Des vues d’ensemble de l’expo.

     

    vues-ensemble-1

    Quelques clichés des membres de notre association « GRAND ANGLE » sur le thème des insectes ont attiré pas mal de curieux et on a eu de nouvelles inscriptions.

     

    exposition-1

    Et pour terminer le secteur des serpents avec cette femme, amie de l’éleveur qui est allée jusqu’à accepter d’avoir un serpent sur sa peau sous son tee-shirt.

    tee-shirt-1

     

    Ainsi que moi-même qui n’ait pas résisté (comme l’an dernier) à tenir un petit serpent inoffensif dans mes mains.

     

    serpent-moi-1

    Outre, pour nous les adhérents,  le gros travail en amont que cela représente et les heures de préparation (flyers à distribuer, affiches à apposer, salle à installer, …) ainsi que le rangement et le nettoyage de la salle, cette bourse animalière est toujours un moment de décontraction. Le premier midi, je suis allée au restaurant avec mes amis Odile et Jean-Louis. Cela n’empêche pas de rester par ailleurs pour tenir les entrées, servir les boissons et rester le midi pour servir les repas.

     

    papillons-1-copie-1

    Y en a-t-il quand même parmi vous, surtout les filles, qui ont regardé les photos !!!! ??? Mygales ou autres serpents ne vous ont-ils pas fait parcourir l’article à toute vitesse ??? !!!! J’espère que non !!! J’ai mis du temps à le fignoler ! Lol !!!!

     

     

    Allez chez Sitelle sur  « ANGLE DE VUE », un beau papillon vous attend !

     

    Partager via Gmail

    7 commentaires
  • En ce samedi après-midi 17 juillet 2010, mon amie Annick qui adore les vieilles pierres et édifices religieux, me fit découvrir le site de l’Abbaye d’Ourscamp. Ce fut un ravissement.

     

    Située dans l’Oise sur la commune de Chiry-Ourscamp, entre Noyon et Compiègne, cette immense propriété tenue par la congrégation des moines Serviteurs de Jésus et Marie est actuellement restaurée grâce à

    l’association pour la restauration de l’abbaye d’Ourscamp (ARAO)  (leur site ICI)

    DSC3602-ourscamp-accueil

    en liaison avec la congrégation en demandant des aides diverses. Elle bénéficie de l’aide de l’Etat, du Conseil Régional de Picardie, du Conseil Général de l’Oise, du Pays de Sources et Vallées et des communes de Chiry-Ourscamp, Noyon et Ribécourt.

    DSC3599-ourscamp-vu-du-cie

    Le nom d'Ourscamp remonte à une très vieille légende; elle veut que saint Éloi, lors de la construction de l'oratoire, ait réussi à atteler l'ours qui venait de tuer le bœuf chargé de tirer le chariot. Ourscamp signifierait donc « champ de l’ours ».

     

    La première église fut consacrée en 1134.

    C’est sur l'emplacement d'un ancien oratoire (dont il ne reste rien) fondé par saint Éloi en 643, qu’une deuxième et magnifique abbatiale fut construite en communiquant avec la première. Cette abbaye Notre-Dame d'Ourscamp fut établie en 1129 par saint Bernard à la demande de Simon de Vermandois, évêque de Noyon, et cousin du roi de France Louis VI le Gros et douze moines cisterciens venus de Clairvaux.  En 1120, est construit un hôpital, un lazaret, une infirmerie dite « salle des morts » perpendiculairement à l’église. 

    DSC3639-ourscamp-plan-abba

    Elle devint l'un des plus importants monastères cisterciens de la France du Nord. En effet, le siècle suivant, l'abbaye compte déjà plus de cinq cents moines. Elle possède d'innombrables terres avec fermes et granges. Elle s’agrandit et, au XIIIè siècle, elle était longue de 102m, large de 24m et haute de 16m.

     

    Triste sort par la suite ! L'abbaye est victime de la Grande Jacquerie de 1358 au cours de laquelle elle est pillée et incendiée. Il ne reste aujourd'hui que les vestiges du chœur ponctué de superbes arcades dressés à ciel ouvert.

    DSC3622-ourscamp-choeur

    Les quelques grandes étapes qui suivirent :

    Entre 1677 et 1745, Ourscamp est réédifié, le logis abbatial est transformé pour lui donner une façade classique.

    La Révolution chasse les derniers moines en 1792. L'abbaye fut vendue comme bien national et devint la propriété du surintendant des finances, Claude Pierre Maximilien Radix de Sainte-Foy (1736–1810). Il fit abattre en partie l'église abbatiale pour créer un paysage romantique très en vogue à l'époque et transforma la façade de ce qui devint le « château ».

    Le domaine fut racheté en 1825 et fut transformé en filature de coton.

    DSC3607-ourscamp-entrée

    Lors de la Première Guerre mondiale, l'abbaye, occupée par les Allemands, est bombardée par les Alliés en février 1915.

    Le comte Biver acquit le domaine en 1940 et le confia à la Congrégation des Serviteurs de Jésus et de Marie fondée en 1930 par le père Jean-Édouard Lamy.

    Site : http://www.serviteurs.org/

    DSC3648-ourscamp-fleuri

    Voici quelques clichés pris en cet après-midi ensoleillé.

    Une description succinte accompagne les clichés.

     

    La monumentale grille en fer forg é date de 1784 et a été largement remaniée au début du XIXè siècle.

    DSC3733-ourscamp-grille

    L’allée centrale mène à la cour d’honneur.

    DSC3608-ourscamp

    A droite, l’aile dite « de Lorraine » (XVIIè siècle) ruinée par le bombardement de février 1915.

    Je ne l'ai pas photographiée; trop de voitures gênaient pour la prise de vue.

    Au centre, pavillon composite. A l’origine, il s’agissait d’une façade d’église.

    DSC3612-ourscamp

    Un ours monumental orne le haut en souvenir de la légende de l’ours.

    Abbaye-Ourscamp 8602-ourscamp-ours

    A gauche, l’aile dite « de Gesvres » (1748) autrefois logis de l’abbé commenditaire, actuellement logement des religieux.

    ourscamp-aile-gauche-1

    Les anciens communs de l’abbé plus sur la gauche, datent du 18è siècle.

    DSC3605-ourscamp-anciens-c

    Au-delà du portail central, les restes du chœur de l’abbaye d’Ourscamp qui existèrent pendant six siècles.

    DSC3619-ourscamp

    Traces du portail monumental, d’escaliers en colimaçon, chapiteaux, voûtes, rosace, arc-boutant, …

    ourscamp-details-1

    ourscamp-abbaye-details-1

    Du côté du transept Nord, deux petites chapelles avec dans l’une d’entre elles, une magnifique statue de Marie « la Vierge Puissante », intronisée en 1983.

    ourscamp-Vierge-1

    Dans le chœur gothique, l’autel en pierre mis en place en 2009 rappelle la destinée de ce chœur à ciel ouvert : la gloire de Dieu.

    DSC3674-ourscamp-autel

    Restes des arcades du cloître et puits à l’angle Nord-Ouest.

    DSC3692-ourscamp-ancien-cl

    Bâtiment principal d’habitation qui se composait autrefois d’une sacristie, d’une salle du chapitre, d’un dortoir, … C’est là que se tenait la filature.

    DSC3621-ourscamp-ancienne-

    Ce vaste bâtiment, construit en 1240, servait d’infirmerie conventuelle. Elle a été transformée en chapelle depuis le début du XIXè siècle après la destruction de l’abbatiale.

    Je n’ai pu la visiter car des choristes étaient en pleine répétition. Je retournerai sur ces lieux à l’occasion et vous montrerai quelques clichés de l’intérieur.

    ourscamp-chapelle-1

    Pour terminer, des clichés de l’immense parc avec ses arbres centenaires.

    ourscamp-parc-1

     

    ourscamp-arbres-1

    Au passage, des moines en train de vaquer à leurs occupations !

    DSC3698-ourscamp-moines

    L'ensemble des ruines de l'abbaye fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis 1840. L'extension de la protection, comprenant les bâtiments conventuels et leurs dépendances, les terrains alentour et la grille d'entrée, fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 16 juin 1943. Des ajouts récents complètent le classement d'origine : les douves sèches, ainsi que l'ensemble des murs de clôture de l'abbaye fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 6 juillet 2004. Le portail médiéval de la basse-cour, quant à lui, fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 9 septembre 2004.

    Pour les horaires des visites :

    Abbaye Notre-Dame 1 place Saint Eloi 60138 CHIRY-OURSCAMP 03 44 75 72 14  ou abbaye.ourscamp@wanadoo.fr

    DSC3644-ourscamp-saint-elo

     

    Des macro photos sur mon autre blog en ce moment !

     "ANGLE DE VUE"

     

    Partager via Gmail

    8 commentaires
  • D'un commun accord avec Daniel qui aime tout ce qui touche la culture des légumes et des fruits, nous avions décidé d'aller dans la capitale picarde, Amiens, pour montrer à Iris et Narcisse un élément typique de notre région. Nous voilà donc partis en ce mardi 27 juillet sous un petit crachin alors que la météo nous avait annoncé des éclaircies sans pluie. Finalement, à l'approche d'Amiens, le temps s'est dégagé et cette balade sur l'eau a été des plus agréables.

    Un peu de documentations ci-dessous.

     

    Au coeur de la capitale picarde existe un site paysager d'exception : un extraordinaire jardin constitué de 300 hectares de terres cultivées, sillonnées par des petits canaux...

    Répartis sur les communes d'Amiens, Rivery, Camon et Longueau, ces 300 hectares de terres alluviales constituent un site privilégié pour la culture maraîchère. Un sous-sol argileux, recouvert d'un mélange de limons et de tourbe déposés par le fleuve Somme donne une terre extrêmement fertile et riche permettant plusieurs récoltes par an. C'est ainsi que naturellement nos ancêtres les romains se sont installés sur ce site pour leurs cultures. ("Hortus" en latin signifie "jardin").

     

    accueil-1

     La légende raconte que la Cathédrale d'Amiens fut construite en 1220 sur un champ d'artichauts légué par 2 pieux hortillons (personne cultivant ces terres).

    Au début du XXème siècle, un millier de maraîchers, les Hortillons, vivaient de la culture des légumes et des fruits dans les Hortillonnages. Chaque hortillon accède à sa propre parcelle de terre par des petits canaux appelés "les rieux"; il se déplace dans une barque longue d'une dizaine de mètres - le "batieu" - dont les extrêmités sont relevées en cornet permettant d'accoster sans détériorer les berges.

     

    barque-1-rec.jpg 

    Radis, choux-fleurs, navets, laitues, poireaux, artichauts auxquels il faut ajouter cassis, groseilles et même melons, constituent la production de ces terres "bénies des dieux".

     Parallèlement à la culture maraîchère, la tourbe fut également exploitée dans les Hortillonnages. Constituée de végétaux en décomposition, elle devient, une fois séchée, un combustible largement utilisé autrefois. On extrayait la tourbe à l'aide d'une grande pelle : le louchet.

    Une autre activité de l'hortillon est l'entretien des rieux : il faut régulièrement couper les herbes aquatiques, désherber les berges sans qu'elles ne s'affaissent ou encore draguer les rieux pour enlever la vase et maintenir constante la profondeur des eaux.

     

    amenagement-1

    Enfin, la préparation de la production maraîchère et la vente de cette production conditionnent également la vie de l'hortillon. En effet, 3 jours par semaine avait lieu à Amiens un grand marché sur la quai de la Place Parmentier au pied de la Cathédrale. La veille du marché, le maraîcher et sa femme chargeaient leur "batieu" jusqu'à ce qu'il soit plein "à rond" avec des mannes remplies de fruits et légumes. Chaque bateau pouvaient accueillir une centaine de mannes. Les productions étaient ensuite conduites à quai et vendues...par l'hortillonne. A l'époque, c'était plus un marché de gros - pour commerçants et revendeurs - qui alimentait même les Halles de Paris.

    Ces renseignements ont été pris sur ce site ICI.

     

    legumes-1

     

    Découvrons en photos ces « jardins flottants » que nous avons observés du fond plat de notre « barque à cornet » en écoutant les explications d’un guide fort compétent de l’Association de Sauvegarde des Hortillonnages. Une visite de 45 mn en compagnie d’Iris et Narcisse au cœur des hortillonnages.

    Un vrai paradis ! La barque à propulsion électrique n’engendre aucune pollution et grâce à des dragages réguliers, les canaux sont praticables toute l’année.

     

    DSC4201-verdure

    Ces hortillonnages sont un véritable poumon de verdure. On dénombre environ 1500 propriétaires particuliers qui possèdent environ 200 parcelles. Mais, alors qu’au XIX è siècle on dénombrait 1000 hortillons, aujourd’hui, ils ne sont plus qu’une dizaine à exploiter leur parcelle sous forme de potager avec vente de légumes et fruits. Une grande partie des îlots est vouée au tourisme avec jardins d’agrément fleuris

     

    flore-1

    et cabanon pour passer des moments de détente en famille.

     

    decorations-1

    Le long des 60 km de canaux navigables publics numérotés, on est entouré d’une faune et d’une flore riche et variée adaptée aux milieux humides.

     

    fleurs-1

     

    faune-1

    On a même créé un concours du plus beau terrain et des petites pancartes numérotées permettent de déterminer son choix lors du passage des spécialistes.

     

    DSC4249-berges-fleuries

    Voyez par vous-mêmes le charme paradisiaque de cette balade.

     

    DSC4325-au-loin

    Je terminerai avec ce cliché où l’on aperçoit la cathédrale Notre Dame d’Amiens.

     

    DSC4349-cathedrale

     

    Je vais essayer, un autre jour, de vous réaliser un petit diaporama vidéo des plus beaux clichés de ces hortillonnages.

    Je ne suis pas experte en vidéo.

     

    Mon autre site purement photos « ANGLE DE VUE » vous attend ici !

    Partager via Gmail

    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique