• Tranches de vie

    Agathe me demande gentiment de participer à une chaîne. Je vais me ralier à ses désirs, surtout par amitié pour elle, la trouvant pleine de délicatesse dans ses écrits. 
    Les participants (les personnes sélectionnées par l'auteur du blog, si elles le veulent) doivent écrire huit éléments de leur vie, choisis au hasard et écrire sur leur blog ces huit tranches de vie et publier ces règles.
    A la fin de l'article, vous devez choisir huit personnes pour participer et les nommer.

    Parler de moi, pas si simple, je suis "tout" sauf la simplicité même.

    1.) MON PREMIER VOYAGE LOINTAIN.
    Vers l'âge de 9 ou 10 ans, avec mes parents, mon frère (de 3 ans plus jeune) et une tante, dans les Alpes à la Mer de Glace au pied du Mont Blanc. Le souvenir de paysages grandioses. La drôle de sensation d'être une touriste parmi les autres, d'être "sortie" de mon "trou". Par contre, pas de séjour à l'hötel; du camping au creux de la montagne avec le souvenir poignant d'orages à tout casser: des déflagrations d'une violence incroyable qui résonnaient encore plus à cause de l'écho et des éclairs fulgutants de luminosité. Je tremblais de tout mon être. Depuis cette époque, j'ai une peur bleue des orages.

    2.) MON ENTREE AU COLLEGE.
    Elle s'est faite tardivement. Pourtant, j'étais "bonne élève" à l'école de mon village. C'est l'institutrice qui a poussé mes parents à m'y envoyer. Ceux-ci ayant hésité trop longtemps, j'ai terminé ma 6è à l'âge de treize ans alors que j'aurai pu y entrer avant. A Neuilly-St-Front, le collège n'était en fonction que depuis peu et surtout fréquenté par les élèves de ce bourg. Dans mon village, personne n'y allait. Je fus la 1ère à prendre le car. Ce dernier ne s'arrêtait qu'à 1 km environ du village, en pleine campagne, à un croisement de routes. C'était ma grand-mère maternelle qui m'y conduisait avec sa voiture (ma mère n'ayant jamais pu conduire à cause d'une luxation de la hanche). Par ailleurs, très bons souvenirs de ma scolarité jusqu'au brevet. "Première de classe" presque tout le temps (on était classé à cette époque). J'étais "celle qu'il fallait battre" en obtenant de meilleures notes. Mon travail scolaire engloutissait ma vie. Je n'aidais pas ma mère dans les travaux quotidiens; elle me laissait dans mes études, fière de ma réussite.

    3.) ENTREE EN INTERNAT ET VIE AU LYCEE.
    Aller à Château-Thierry au lycée, oui, bien sûr, mes profs m'y poussaient. Mais, il fallait passer par l'internat. Quel calvaire en vue pour une fille indépendante comme moi, habituée à être chouchoutée par ma mère et à n'en faire qu'à ma tête ! Le regard moqueur, sournois, des autres filles. Coups bas, humiliations. Au bout de quatre mois, me voyant si traumatisée, mes parents ont du trouver une autre solution. Une grand-tante habitant la ville même, accueillait deux de ses petites filles. De la place pour trois, il y avait: alors, pas d'hésitation, c'était de chez elle que je continuerais mes études. Déplacements en solex. Finalement, j'ai eu mon bac à 20 ans en ayant redoublé ma 1ère. Quoi, me direz-vous, celle qui était la 1ère de classe? Oui, sauf que là-bas, j'étais confrontée aux "fils et filles à papa", de bonne famille, des enfants de médecins, d'avocats, de profs, ..., ayant des références littéraires "en veux-tu, en voilà", des aides de la famille, Moi, pauvre "paumée", sortant de ma campagne, d'une famille où personne ne lisait, (PAS DE LIVRES A LA MAISON). Personne n'ayant fait d'études au-delà de certificat d'études primaires, donc PERSONNE POUR M'AIDER, Moi, baignée depuis ma tendre enfance, par la vue de mes parents, grands-parents, oncles, tantes, ..., se "tuant" au travail physique, n'y arrivant qu'à la sueur de leur front, et ne connaissant ni dimanche ni vacances, J'AI BAISSE LES BRAS, et n'avais hâte que de quitter les études. Pas question d'aller en fac à Reims bien qu'ayant eu mon bac A4 (section "textes Anciens") avec mention "Assez bien". JE ME SUIS FAITE TOUTE SEULE.

    4.) 1970 DEBUT DANS L'ENSEIGNEMENT.
    On pouvait à l'époque, se préparer au CAP d'institutrice en passant par la voie directe sans passer par l'Ecole Normale, c'est-à-dire enseigner directement "sur le tas", comme on dit, auprès des élèves. C'est ce que j'ai fait et ne regrette rien, car, "boulimique de travail" que j'étais, grâce aux suggestions de différents conseillers pédagogiques et Inspecteurs de l'Education Nationale, ainsi qu'aux nombreux stages à l'Ecole Normale, j'ai vite "capté" les trucs et astuces du métier, en y mettant tout mon coeur et en faisant réussir mes élèves.

    image hébergée par photomaniak.com

    5.) 21 ans: AGE REQUIS POUR VOTER.
    De famille d'élus: mon arrière-grand-père, maire du village au début du siècle, ma grand-mère, maire dans les années 60, c'est tout naturellement que je me présentais au Conseil Municipal de Brumetz et fut élue "PLUS JEUNE CONSEILLERE DE FRANCE". 30 ans ensuite au service de mes concitoyens dont 6 années en tant qu'adjoint au maire. En 2001, présentant une deuxième liste face au Maire sortant (ce qui ne s'était jamais fait dans le village), à 3 voix près, je n'ai pas été réélue. J'étais encore en activité. Il fallait quelqu'un de disponible soit-disant. Dur, dur, pour les femmes en politique !

    6.) ENSEIGNER EN VILLE (1992).
    Après 22 ans d'enseignement dans la campagne profonde, j'en avais "plein le dos" de tout faire: m'occuper du chauffage, fermer les volets, organiser la Noël des gamins, présenter la fête de fin d'année, mettre sur pied les voyages scolaires, agencer les ateliers de la bibliothèque, ...., tout ça, seule, sans collègues pour parler et décompresser dans la cour de récréation. Toujours sur la brèche, pas de moments pour souffler, au contact continuel avec les élèves et toujours avoir plusieurs niveaux d'enseignement.
    Alors, ma décision fut prise de partir en ville; là, où, au moins, j'aurai un seul cours et des collègues. Mais, pas n'importe où ! Pas dans une école-usine à 8, 9 ou plus de 10 classes. Dans les réunions de concertations pédagogiques, je m'étais fait des amis. Un poste en CE2 se libérait à Villers-Cotterêts, pour cause de départ à la retraite. Ayant accumulé beaucoup de points dans mes postes de campagne, j'ai obtenu le poste haut-la-main devant les autres. 

    7.) MES ENFANTS ET PETITS-ENFANTS.
    Bonheur parfait: la naissance de Gabriel en 1978 et de Sophie en 1981. Deux beaux enfants: Gabriel, toujours souriant, d'une douceur et d'une gentillesse incomparables. Sophie, joyeuse, vive, spontanée et soucieuse de bonheur des siens. 
    L'arrivée de nos petits-enfants: Lucas qui a du caractère et qu'il faut savoir apprivoiser. Océane, toujours sourire aux lèvres, qui babillent ses commentaires tout en se tortillant de plaisir. UN ou UNE troisième en vue pour novembre; tout se déroule bien pour l'instant.

    8.) CROISIERE EN MEDITERRANEE.
    En avril 2000, suite au cadeau offert en février par ma famille et mes amis, à l'occasion de mes 50 ans. La CROISIERE DONT JE REVAIS, en Mer Egéee au milieu des Cyclades. Bateau luxuriant avec repas gastronomiques, animations-spectacles permettant des escales sur les îles, en autres: MYKONOS, PATMOS et ses moulins à vent, RHODES, SANTORIN, une île volcanique d'une beauté inoubliable, HERAKLION en Crête et le palais de Knossos, une escale en Turquie à KUSADASI avec Ephèse, et bien sûr ATHENES avec le Pyrée et l'Acropole.


    image hébergée par photomaniak.com 

    Voilà, voilà, mes quelques moments de vie choisis pour vous, qui vous permettront peut-être de mieux me cerner.

    Pour prendre le relais, s'ils le veulent, je solliciterais:
    -MICHKA
    -KATE
    -OURSONNE LIBRE
    - SANTOUNETTE
    -URBAN
    -MARIE
    -LORENICO
    -ARIL
    Je vais les tenir informés sur leur blog ou par mail; encore merci à eux !

    « Jardin potagerSe respecter »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Vendredi 20 Juillet 2007 à 15:26
    j'y répondrai plus tard Alrisha, je te le promets - car je n'ai guère de possibilité d'accéder à internet pendant mes vacances. Je consacre ce temps à mes mails et mettre quelques articles - Bizz
    2
    Vendredi 20 Juillet 2007 à 16:39
    Alain

    Très joli récit que ces moments de vie.
    Au terme de la lecture, se dégage le sentiment que tu n'as connu que des moments heureux..ou presque.
    Est-ce cela ?
    Ou bien, par pudeur ou discrétion tu n'as pas voulu aborder des moments plus difficiles...?
    Ta vie, est-ce un long fleuve tranquille ?
    Amitiés
    Alain

    3
    Vendredi 20 Juillet 2007 à 17:27
    Alrisha
    Ouh là, Alain, que de moments difficiles passés avec des blessures encore ouvertes. 
    Mais, je ne veux pas trop me dévoiler; cette intimité, je la garde pour moi. Je ne crois pas que j'y gagnerai quelque chose à la divulguer. De plus, certaines personnes ne prennent que du plaisir à connaître les déboires des autres.
    Ma vie a été loin d'être un long fleuve tranquille, mais, avec l'âge, je la relativise plus.
    Merci pour tes passages réguliers !
    Amitiés,
    Monique
    4
    Vendredi 20 Juillet 2007 à 17:43
    agathe
    merci Monique 

    tu as très très bien géré , bravo . . 
    c'est intéressant de découvrir les grands moments d'un joli parcours . .
    tu as raconté avec beaucoup de sensibilité , 
    je t'embrasse fort 
    agathe
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    5
    Vendredi 20 Juillet 2007 à 19:28
    aril
    et bien là je ne suis pas d'accord avec Alain.je ne te sans pas long fleuve tranquille mais souffrances et solitude.Avec heureusement de bons moments...an tout cas tu fais preuve d'un caractere bien trempe,accrocheur!! ce que tu as eu c'est que tu l'as voulu! en te battant contre vents et marees!!! bravo! je vais m'y "coller" mais ce n'est pas simple....
    bises
    6
    Vendredi 20 Juillet 2007 à 23:53
    oursonne libre
    merci alrisha, je ne parle que tres peu de ma propre vie, mais je vais faire un tres gros effort car j'avais ete taguée et je n'ai pas fait le jeu.
    il va falloir attendre un peu car j'ai des hotes américains à la maison et je leur fait découvrir Paris, la normandie et les chateaux de la loire pendant 15 jours, alors j'ai pas beaucoup de temps.
    meme pour venir sur vos blogs.
    grosses bises et bon week end
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :