• Charmés par le village, nous n'avons pas été déçus non plus par la visite du château.Nous allons donc continuer notre visite de Belcastel (12) en Aveyron, dans cette autre belle région nommée Rouergue.

    Au Sud de Rodez en direction d'Albi, cette magnifique forteresse de BELCASTEL, bâtie voici 1000 ans à même la roche, surplombe l'Aveyron. Ses fondations remonteraient au IXè siècle
    . Perchée sur un éperon rocheux, le château enserre en ses remparts une chapelle préromane du XIème siècle.

     

    Jusqu'en 1967, le château de Belcastel (1912-1986) n'était encore qu'une ruine éboulée et embroussaillée.

    Grâce à l'architecte et éditeur de livres d'art Fernand POUILLON qui, en dix ans, entre l'achat des ruines en 1974 et la fin des gros travaux en 1982, a réussi le pari insensé de redonner naissance à l'ancienne forteresse des Saunhac de Belcastel, nous pouvons le visiter et en admirer toute sa beauté.

    Très bien restauré, il est ceinturé par cinq grosses tours rondes, deux tourelles flanquent la porte. Le donjon de forme carrée est isolé au centre de l'ensemble. 
     

     










     

     

    angle-de-vue-3

     

    Partager via Gmail

    47 commentaires
  • Notre séjour en Aveyron est resté gravé dans notre mémoire tellement les sites visités nous ont plu. Avec 10 villages classés "plus beaux villages de France", l'Aveyron arrive au premier rang des départements français ! Et quels villages !

    Nous en avons visité plusieurs. Voici aujourd'hui celui de BELCASTEL, un vrai village de carte postale. Sur l'ancienne route du sel et de Saint-Jacques de Compostelle, Belcastel se visite au fil de ses escaliers gravés dans la roche et propose aux visiteurs un véritable voyage dans le temps.

    Encore en ruines voici trente ans, ce petit village est ressuscité des cendres grâce à un architecte entiché des lieux.

    Sur les rives de l'Aveyron, à 450 mètres d'altitude, on découvre ses maisons de pierre traditionnelles couvertes de lauzes. On y découvre également des ruelles pavées et de hauts murs de soutènement.

    Construit au XVème siècle par le seigneur du village, le pont en dos d'âne enjambe l'Aveyron de ses cinq arches. On le dirait directement sorti de l'époque capétienne. Il mène à l'église gothique Sainte Marie-Madeleine, qui renferme en son sein le tombeau d'Alzias de Saunhac.

     

    Surplombant cet ensemble architectural, trône un château du Moyen Age. Ses formes imposantes et sa beauté lui ont valu le surnom de "belcastel", aussi attribué au bourg.

    La visite de ce château magnifique sera pour demain. A suivre donc ....













     

    angle-de-vue-3

    Partager via Gmail

    48 commentaires
  • Un peu à pied puis avec la voiture, nous avons suivi le cortège des bovidés. Comme si la montagne les appelait, les troupeaux montent à travers bois et forêts jusque sur les plateaux où ils se nourriront d'un herbage de qualité.

    Parfois 70 km de trajet, selon leur lieu de départ, à une vitesse moyenne de 3 à 5km/h : c'est pourquoi, les veaux de l'année rejoindront leur mère en camion.

    Le séjour des bovins durera jusque mi-octobre. Ce mode d'élevage authentique, à caractère extensif, garantit une viande d'une qualité savoureuse.

    De plus, l'estive permet aux éleveurs de récolter le foin dans les prés l'été ; ce sera la principale nourriture en hiver.

    Toutefois, il est bon de savoir que les plateaux d'Aubrac sont dénudés, pratiquement vides d'arbres et que le vent, à cette altitude de 1300m y a une puissance extraordinaire. C'est le climat montagnard même en été.

    Pendant les 10 jours de notre escapade en Aveyron, (c'était en 2008), nous avons eu du soleil et de belles éclaircies, toutefois avec des températures assez frisquettes. La seule journée où il a plu et où le vent soufflait en rafales, fut celle du dimanche 25 mai, jour de l'arrivée des troupeaux à Aubrac. Kway, coupe-vent et parapluie claquaient au vent. Cela n'a pas empêché l'arrivée de milliers de participants aux différentes festivités et notamment pas mal de pélerins faisant la route de Saint Jacques de Compostelle. Il faut dire que l'église d'Aubrac (XIIè) vestiges de la Dômerie vaut le détour.

     

     

    Voilà une série de photos très touchantes entre l'éleveur et l'une de ses vaches.

     


    Là, on donne du sel dans la main ; l'occasion d'apercevoir la langue de l'animal avec sa couleur si caractéristique.

     



    Dernière image des bovins enfin  arrivés dans leur pré au calme et loin de toute cette agitation qui a précédé.

     

    angle-de-vue-3

    Partager via Gmail

    45 commentaires
  • Des photos de la transhumance en Aubrac.

    La « MARCHE DE L'ESTIVE »  a lieu, chaque année, le dernier week-end de mai à Saint Geniez d'Olt (12) en Aveyron.

     

    Depuis des générations, les vaches de la vallée du Lot se rendent sur leur lieu d'estive, les pâturages de l'Aubrac.

     

    D'abord présentés sur la place du Général de Gaulle (ou place du foirail),


    les troupeaux et leurs accompagnateurs traversent ensuite les rues de la ville

    en empruntant le « Vieux Pont » pour se diriger vers la côte de Verlac et monter jusque presque 1400m d'altitude.

     




    Tout en suivant leur rythme et sous le tintement des sonnailles (les vieilles « clampas »), on peut les suivre à travers les jolis paysages de la montée. Pendant de longues heures, les bêtes ont été décorées avec des branches de houx ou de genévrier garnies de fleurs en papier fabriquées l'hiver. Les magnifiques colliers de cuir cloutés sont souvent surmontés de drapeaux.

     

    La montée vers le plateau d'Aubrac sera présentée demain.


    angle-de-vue-3

    Partager via Gmail

    37 commentaires
  • Toujours à l'occasion de notre séjour en Aveyron, à aucun prix, nous n'aurions voulu manquer de descendre voir le VIADUC DE MILLAU.

    Par la vitre baissée, me voilà (voir le rétroviseur), prête pour le reportage.

    Beaucoup plus au Sud par rapport à l'Aubrac et au Rouergue, nous avons emprunté l'autoroute A75, descendu vers Millau en le contournant et emprunté les routes de campagne en direction d'Albi pour quelques clichés pris de loin.

    Puis un premier arrêt sur une aire d'informations pour des photos rapprochées des pylônes.

     


    Comme nous voulions également monter dessus, nous avons dû reprendre les routes de campagne avec d'autres angles de vues,

    et s'engager finalement sur l'autoroute A75 dans l'autre sens, direction Clermont-Ferrand.

    Là, impossible de s'arrêter sur la voie ni sur les bas-côtés ; alors c'est de l'intérieur de l'auto que j'ai pris les photos.

     

    A la sortie, bien entendu « péage » pour la somme de 5,60 euros (c'était en 2008).

     

    Ci-dessous, quelques infos glanées sur Internet.

    • 14 décembre 2004 : Inauguration par le président Jacques Chirac.
    • 16 décembre 2004 - 9 h 00 : Ouverture du viaduc à la circulation, en avance sur la planification initiale qui était fixée au 10 janvier 2005.
    • 18 décembre 2004 : Achèvement des derniers travaux de finition.

    Le viaduc de Millau constitue le dernier maillon de La Méridienne, autoroute reliant Clermont-Ferrand à Béziers, et est la voie la plus directe et la moins coûteuse entre Paris et la Méditerranée.

    Record mondial de hauteur, avec des pylônes culminant à 340 mètres (plus hauts que la Tour Eiffel) et long de 2 460 mètres, le Viaduc multihaubané de Millau, à 2 fois 2 voies, effleure la vallée du Tarn en 9 points seulement. Son inscription très discrète dans le paysage, conformément aux choix de l'architecte et des collectivités aveyronnaises concernées, impose le recours à des solutions techniques avancées : un tablier métallique au dessin très fin,

     

    supporté par des haubans

     

    et reposant sur 7 piles, très élancées et réalisées en béton à haute performance. Le profil de l'ouvrage est lui aussi original puisque l'on montera en pente très douce (3 %) du nord vers le sud, en décrivant une légère courbe.


    Prévue pour répondre aux exigences les plus hautes de pérennité et pour résister aux conditions sismiques et météorologiques les plus extrêmes, la conception du Viaduc prend en compte la nécessité d'un parfait fonctionnement sur plus d'un siècle.

     Dans un intérêt environnemental, sont intégrés dans la structure plusieurs moyens permanents de récupération et de traitement des eaux pluviales et des résidus de nettoyage des voiries.

     Le Viaduc est doté de barrières de sécurité résistantes aux chocs de camions, d'écrans brise-vent transparents de 3 m de hauteur,


    de bandes d'arrêt d'urgence, d'éclairages assurant un confort et une grande sécurité de circulation pour les usagers. En cas de panne ou d'accident, des bornes téléphoniques d'alerte sont installées tous les 400 m.

    Sauf accident grave ou vitesse du vent exceptionnelle, le Viaduc est ouvert 24H sur 24H. Outre l'accès aux informations de la météorologie nationale, le centre d'informations dispose de ses propres moyens de prévisions météo.

     

     

    angle-de-vue-3

    Partager via Gmail

    48 commentaires
  • Revenons à notre sortie en barque sur les étangs de Mareui-Caubert. Hier, je vous avais dit que nous descendrions pour voir la flore locale. On voit là les quatre barques et parmi nous, il y avait des enfants en bas âge. La pluie n’a pas cessé et nous sommes transis de froid. Il faut s’entraider pour pouvoir sortir des « barquettes » comme l’on dit parfois.

    sortie-barque-8680.jpg

    Il faut savoir que la pêche est une activité bien présente dans les marais où l’on trouve des carpes, gardons, brèmes, brochets et autres sandres. Nous voilà au bord de la Somme en partie canalisée.

    canal-somme-8683.jpg

    Notre guide, Jean-Claude Legris est en pleine explications. C’est un vrai plaisir pour lui de conduire les gens dans les marais ; il le fait depuis 25 ans. Cet ancien mécanicien de la SNCF est intarissable dans ses commentaires. Pratiquement toujours disponible en habitant à deux pas, à Mautort un faubourg au Sud d’Abbeville, il faut toutefois réserver. Fernande Quaillet qui tient le Relais des Etangs, reçoit les demandes au

    03 22 24 09 64.

    guide-armand-8684.jpg

    Voici quelques fleurs repérées ici et là. Celle-ci toute jaune est appelée « pieds de caltas ».

    pieds-de-caltas-3132.jpg

    Bien sûr, on trouve la consoude. Celle qui est bleutée à corolle assez longue est la « consoude russe ».

    consoude-russe-3135.jpg

    Plus petite, à corolle blanc crème, c’est la « consoude officinale ».

    consoude-officinale-3126.jpg

    Une jolie fleur mauve, au passage ; je n’en connais pas le nom.

    fleur-mauve-3138.jpg

    Et là, cerise sur le gâteau, la tulipe des marais appelée aussi « fritillaire ». Une merveille avec sa couleur violette tachetée de blanc. Particularité : elle a toujours la tête tournée vers le sol. Plusieurs clichés pour vous montrer sa taille et sa couleur.

    tulipe-des-marais-3129.jpg

    tulipe-des-marais-3133.jpg

    fritillaire-3134.jpg

    fritillaire-3142.jpg

    Au retour, on passe non loin de l’église Saint Christophe de Mareuil-Caubert du XIè siècle avec porche en bois et monument aux morts en contre-bas. Excusez  le « bougé » de cette photo ! Mal positionnée, je n’ai pu la prendre de meilleure façon. Et en plus, il pleuvait plus fort. On voit les taches sur le cliché.

    eglise-saint-christophe-871.jpg

    Au bord, à fleur d’eau,  sur des branchages, on a l’agréable surprise, en revenant de voir un nid avec des œufs. Par contre, je n’ai pas retenu de quel oiseau est ce nid. S’il y a des connaisseurs, n’hésitez pas à me le faire savoir par un commentaire. Je mettrai les renseignements en ligne ensuite.

    nid-8700.jpg

    nid-8701.jpg

    nid-8704.jpg

    Dernier cliché pour dire un grand merci à nos rameurs !

    dernier-regard-8676.jpg

    En descendant de la barque, nous étions trempées Odile et moi et nous avions froid. Nous sommes rentrées vite fait dans la voiture en enlevant nos cirés et en mettant le chauffage à fond pour nous sécher et mettre aussi nos APN au sec. Plus du tout envie d’aller voir les expos photographiques l’après-midi à Abbeville ! Alors, nous sommes rentrées directement jusque chez nous en prenant la route sans s’arrêter. Toutefois, je garde un bon souvenir de cette sortie sur les étangs.

    Dommage que le festival des Oiseaux 2012 se soit passé sous un temps aussi sombre et parfois pluvieux !!!!

     

    angle-de-vue-3

    Partager via Gmail

    6 commentaires
  • En ce mercredi 25 avril pour notre quatrième sortie-nature dans le cadre du Festival de l’Oiseau 2012, RDV était donné à 10h dans le café-épicerie du Relais des étangs à Mareuil-Caubert, près d’Abbeville (80). Comme je vous l’ai déjà dit depuis mes articles précédents, le temps était maussade depuis deux jours, mais, là, c’était la bruine sans discontinuer qui tombait. Une fine pluie qui transperçait et obligeait à protéger nos APN sous nos cirés. Quatre barques pour tout le groupe à raison de 4 personnes sur chacune nous attendaient au fond de la cour. Nous montons dans ces sortes de petits bateaux en fer à fond plat et peints en vert. Chaque barque est conduite par un rameur. Le nôtre  fut Jean-Claude Legris dit « Armand » en corrélation avec Armand-Henri Flash, le célèbre chroniqueur hippique de RTL dont Jean-Claude aimait prendre la voix pour faire rigoler les gens. Un couple de Belges prend place à l’avant. Je préfère rester à l’arrière pour les photos. Mais quelle difficulté pour monter dans la barque et garder en même temps son équilibre !

    barque-etangs-8627.jpg

    Nous voilà partis pour deux heures de balade à travers les marais à la découverte de la flore et de la faune de ces milieux. J’essaie de braver les gouttes de pluie et de sortir l’un de mes deux APN de mon imper quand le paysage se fait joli.

    barques-etangs-8634.jpg

    Nous passerons sous plusieurs ponts ou passerelles.

    sous-un-pont-8641.jpg

    On voit ici Jean-Claude Legris pousser le palot, une longue rame plate qu’il passe de bâbord à tribord pour garder sa ligne de conduite.

    palot-8644.jpg

    Malgré le temps tout gris, le paysage à fleur d’eau est joli.

    barque-etangs-8646.jpg

     

    barque-etangs-8650.jpg

    A un moment donné, on nous montre des moules d’étangs qui émergent à la surface. On se les passe de main en main. Voyez comme elles sont grosses !

    moules-etangs-8656.jpg

    Voici l’une des barques qui nous précède. On remarque quelques gouttes de pluie sur l’objectif. J’étais obligée de l’essuyer constamment.

    barque-8657.jpg

    Là, je me suis penchée sur le côté pour avoir ce grand plan d’eau sans les passagers de la barque devant le viseur.

    plan-d-eau-8659.jpg

    Là, contrairement aux hortillonnages d’Amiens, ce ne sont pas des cabanes de maraîchers, car pas de jardins sur les bords, mais des cabanes de chasse.

    cabanes-chasse-8668.jpg

    Une rangée de saules tétards.

    saules-tetards-8669.jpg

    Les quatre barques s’apprêtent à passer sous un pont.

    barques-pont-8688.jpg

    Parfois, le rameur a fort à faire pour éviter les branches qui dépassent. Regardez comme la bruine n’arrête pas de tomber ! Nous sommes trempés et avons aussi froid.

    branches-8696.jpg

    Une vue en plan large,

    etang-8699.jpg

    avant de descendre des barques.

    sortie-barque-8670.jpg

    Demain, zoom sur nos découvertes au niveau de la flore locale.

     

    angle-de-vue-3

    Partager via Gmail

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique