• Toujours sur le parcours pour aller voir les mouflons, plusieurs sangliers ont surgi tout-à-coup, traversé le chemin et monté le talus à toute vitesse. Images floues car je n'ai pas eu le temps de faire la mise au point.

    sangliers-2390.jpg

     

    sangliers-2392.jpg

     

    sangliers-2393.jpg

     

    Plus loin, on découvre une bauge à sangliers.

    bauge-8562.jpg

     

    Enfin, montés sur un observatoire, nous avons eu la chance que des sangliers soient sur place en contre-bas. On les voit d'abord en train de brouter.

     

    sangliers-2298.jpg

     

    sangliers-2300.jpg

     

    sanglier-seul-2300.jpg

     

    Puis, ils se sauvent à cause de quelques enfants, jeunes ados avec nous, qui ont fait trop de bruit.

     

    fuite-sangliers-2302.jpg

     

    course.jpg

     

    deux-sangliers-2312.jpg

     

    Cerise sur le gâteau demain ! Suspense !

     

    angle-de-vue-3

    Partager via Gmail

    8 commentaires
  • Sur le parcours à la recherche des mouflons, dans un sous-bois, avec talus de chaque côté du chemin, tout-à-coup, ce sont des chevreuils que l'on aperçoit. Mon coeur bat la chamade. C'est si rare que j'en rencontre lors de mes balades par chez moi. D'après la guide au retour, on a été gâté par les rencontres animales. Dans d'autres sorties, ça n'a pas toujours été le cas. Tant mieux pour nous !

     

    chevreuils-2200.jpg

     

    chevreuils-2201.jpg

     

    chevreuils-2202.jpg

     

    chevreuils-2203.jpg

     

    chevreuils-2205.jpg

     

    D'autres découvertes demain !

     

    angle-de-vue-3

    Partager via Gmail

    12 commentaires
  • Nous sommes toujours en ce lundi 23 avril, premier jour de notre escapade en Baie de Somme. Pour notre seconde sortie-nature, j’avais réservé une randonnée de 6 km sur le domaine du Marquenterre de 17h à 20h. Juste le temps de prendre un petit goûter après notre sortie en calèche et nous voilà à l’entrée du domaine dans un hall d’accueil à attendre nos guides. Nous sommes une quinzaine environ.

    Comme la pluie est tombée une bonne partie de l’après-midi, les guides décident de nous faire monter dans deux petites voitures électriques afin de gagner plus facilement les endroits où vivent les mouflons. Ouf de soulagement, car la boue et les ornières ne nous tentaient pas trop.

    Autre ouf de soulagement, la pluie avait cessé de tomber et le soleil faisait apparaître ses rayons. Une superbe luminosité soudain très peu coupée par les nuages.


    Précisons que le domaine du Marquenterre est indépendant du parc ornithologique. Il  le jouxte sur près de 1000 ha. Après avoir connu l’avancée des sables, les changements de végétation, les activités agricoles comme la culture de la tulipe, les activités forestières, la chasse ainsi que la guerre avec des dizaines d’ouvrages du mur de l’Atlantique, le domaine a été façonné par la famille Jeanson depuis 1923.

     

    C’est dans cette variété de paysages et de biotope en plein évolution que nous avons évolué à la recherche des mouflons. Cet animal est caractérisé par ses grandes cornes spiralées et recourbées. Il est à l’origine des races domestiques de moutons. Rare à cette latitude, il fut introduit pour entretenir naturellement la végétation. Quelques caractéristiques : poids des cornes : 6 à 13 kg ; poids adulte : 25 à 50 kg ; longueur des cornes du mâle : 85 à 125 cm ;  vitesse : 55 km/h. Les mouflons vivent en toute liberté. Toutefois, on les comptabilise régulièrement et on peut dire qu’ils sont quand même sous surveillance.

     

     C’est en silence et au milieu des pins que nous allons essayer d’approcher cet animal furtif, grégaire mais aussi parfois solitaire. Des paysages extraordinaires où le vert a de nombreuses couleurs changeantes.

    sous-bois-8553.jpg

    sous-bois-8554.jpg

     

    sous-bois-8555.jpg

     

    Tout à coup, des mouflons en haut d’un talus sur le bord du chemin. C’est le regard aiguisé de notre jeune guide femme qui a permis cette découverte.  

    mouflons-bois-2193.jpg

     

    mouflons-bois-2194.jpg

    Parfois, nous sommes dans des espaces très dégagés.  Au loin, tout un troupeau est en train de paître.

    au-loin-pature-8590.jpg

    Petit arrêt en plein bois. On s’arrêtera plus tard plus longtemps pour aller à pied à l’approche des hardes.

    arret-8552.jpg

    Premier attroupement au détour d’un chemin.

    au-loin-bois-8561.jpg

    Là, nous sommes plus proches d’une autre harde. Moments de curiosités, d’hésitations et enfin de fuite.

    harde-2211.jpg

     

    harde-et-femelle-.jpg

    Une femelle et son petit.

    femelle-et-petit-2229.jpg

    Autre décor mais toujours en groupe.

    huit-2253.jpg

    Cette fois-ci un groupe avec des mâles. On distingue les cornes recourbées dans leur fuite en avant.

    males-2264.jpg

     

    males-2267.jpg

    Chance ! Deux mâles de face ! Mais de loin d’où le flou. J’ai rapproché au maximum avec mon objectif 70-300. Ma focale était en 300 mm. Comme ils étaient deux, j’ai eu du mal à faire la netteté.

    deux-males-rec-2274.jpg

    Sur le chemin du retour, groupe surpris de nous voir.

    groupe-2292.jpg

     

    A nouveau un grand espace découvert et cette fois-ci un grand troupeau.

    troupeau-2409.jpg

    Zoom sur certains mouflons en guise d’un dernier cliché souvenir.

    zoom-2401.jpg

    J’espère que vous avez apprécié ce partage !

     

    Demain, ce sont des chevreuils que je vous montrerai, toujours lors de cette sortie.

     

    angle-de-vue-3

    Partager via Gmail

    10 commentaires
  • Me voilà à nouveau parmi vous après quelques jours de repos ! Comme je vous l'avais indiqué dans ma Newsletter, je suis allée avec mon amie Odile, fin avril, au Festival de l'Oiseau en Baie de Somme (80). Plusieurs sorties-nature étaient réservées et comme le temps était maussade et pluvieux, il a fallu composer avec ces aléas climatiques.

     

    Dès notre arrivée le lundi 23 avril, après la passage à l'hôtel, le repas de midi à la Tablée du Marquenterre, nous voilà à 14h prêtes, avec d'autres visiteurs, à monter dans l'une des calèches pour aller à la découverte de la Baie. Pendant deux heures, grâce au tandem guide-cocher, et derrière deux beaux chevaux de trait, nous découvrirons la Baie et sa végétation environnante.

    cocher-irlandaise-8498.jpg

    Notre cocher a encore des accents britanniques. Très tôt, après quelques études en France, elle quitte son Irlande natale pour ce coin du littoral français qui lui rappelle sa contrée. Elle dirige un attelage de 2 juments comtoises qui lui obéissent au doigt et à l'oeil. L'autre attelage est tiré par des juments boulonnaises.

    chevaux-8531.jpg

    Elle est en compagnie d'un guide-nature qui explique les spécificités de cette nature sauvage.

    guide-8532.jpg

    La mer est à marée basse et une pluie fine tombe. Après avoir traversé de grosses flaques d'eau et cahoté dans des ornières (pas de photos, trop de mouvements dans la calèche), on arrive au bord de l'eau.

    chemin-boueux-8505.jpg

    Au loin, on aperçoit une randonnée à cheval.

    chevaux-balade-8503.jpg

    la deuxième calèche.

    Baie-de-Somme-deuxieme-caleche-8506.jpg

     

    Arrêt de notre calèche (la plus petite) et descente pour regarder la baie. Pluie, vent sont au rendez-vous et il est difficile de faire des photos.

    caleche-8516.jpg

    Voici Odile qui tire sa capuche.

    odile-8513.jpg

    On voit bien des taches blanches sur les clichés. Ce sont des gouttes d'eau sur l'objectif.

     

    La deuxième calèche s'est arrêtée plus loin.

    caleche-baie-8510.jpg

    On remonte vite dans la calèche sans pouvoir regarder à la longue-vue les oiseaux.

    sous-la-bache-8519.jpg

    Sous la bâche de la calèche, le guide nous parle du bec de l'avocette,

    bec-avocette-8522.jpg

    nous montre des oeufs et autres éléments que l'on peut apercevoir sur le sable par temps plus clément. On n'aura pas pu goûter aux plantes ! Dommage !

     

    Juste avant de remonter, j'ai pu photographier des avocettes qui pataugeaient dans l'eau.

    avocettes-au-loin-8524.jpg

    On terminera par ce trio d'avocettes bien en harmonie.

    trio-avocettes-2162.jpg

    Malgré le temps pluvieux et les très mauvaises conditions pour prendre des photos, je garde un bon souvenir de cette échappée dans le froid et le vent. A noter que les chevaux étaient, eux aussi, trempés mais qu'ils sont robustes et bâtis pour tirer de lourdes charges, comme ils le faisaient autrefois.

     

    On continue ces jours-ci en Baie de Somme ! Vous serez au sec pour me suivre ! Moi, souvent mouillée, mais de beaux clichés quand même !

     

    angle-de-vue-3

    Partager via Gmail

    13 commentaires
  • Après deux heures et demie de flâneries au milieu de tous ces jardins différents, nous redescendons tout doucement vers les espaces d’entrée. Passés la porte en arrondi entourée de bois en forme de losanges, nous avions pu rencontrer, à notre arrivée,  la propriétaire qui nous a accueillis gentiment. Un bel endroit de détente à l’ombre où elle était en train de sélectionner des plantes. Plusieurs arrosoirs sur place montrent son implication de tous les instants auprès de ses plantes. Elle m’a indiqué que je pourrai rencontrer une abeille solitaire noire assez rare. Effectivement, j’ai pu la photographier. Je vous l’ai déjà montrée en photo.

    Plusieurs sculptures et autres mosaïques agrémentent l’espace autour d’une source. Plus loin, c’est le premier porche d’entrée avec tuiles, tout près du parking que l’on aperçoit.

    Je me retourne une dernière fois pour mettre en boîte ce grand espace d’accueil où toute la nature s’offre dans toute sa splendeur.

     jardins-cadiot-2867.jpg

     

    jardins-cadiot-2869.jpg

     

    jardins-cadiot-2870.jpg

     

    jardins-cadiot-2871.jpg

     

    jardins-cadiot-2868.jpg

     

    jardins-cadiot-2872.jpg

     

    jardins-cadiot-2873.jpg

     

    jardins-cadiot-2874.jpg

     

    jardins-cadiot-2875.jpg

     

    jardins-cadiot-2876.jpg

     

    jardins-cadiot-2877.jpg

     

    jardins-cadiot-2879.jpg

     

    jardins-cadiot-2880.jpg

    La semaine prochaine, après quelques articles sur la poursuite des travaux extérieurs du gîte, on continue notre escapade en Périgord Noir avec Domme et la jolie ville de Sarlat.

     

    Demain, détente auprès de la baignoire balnéo de notre gîte rural.

     

    angle-de-vue-blog-3

     

    Partager via Gmail

    7 commentaires
  • Toujours dans les Jardins de Cadiot en Périgord Noir, nous voici dans les patios. Ce sont trois cours intérieures intimistes et fraîches construites sur les ruines d’anciennes granges. Fontaines, plantes, décors, couleurs, donnent à ces lieux beaucoup de romantisme. Meubles en fer forgé, vases, accentuent encore le charme.

    Le patio bleu nous transporte dans une ambiance mauresque. Nous aurions pu prendre notre repas de midi bien au calme. Toutefois, nous préférons nous acheminer tranquillement vers les espaces d’accueil de l’entrée des jardins pour regagner notre voiture et manger à l’ombre des arbres du parking. Nous sommes restés deux et demie dans ce lieu paradisiaque.

     jardins-cadiot-2825.jpg

     

    jardins-cadiot-2826.jpg

     

    jardins-cadiot-2828.jpg

     

    jardins-cadiot-2829.jpg

     

    jardins-cadiot-2830.jpg

     

    jardins-cadiot-2831.jpg

     

     

    jardins-cadiot-2859.jpg

     

    jardins-cadiot-2860.jpg

     

    jardins-cadiot-2862.jpg


    Demain, ce sera un dernier regard sur ces espaces d’accueil et les vues générales que j’ai voulu mettre en boîte pour immortaliser ces merveilleux moments passés là.

     

    angle-de-vue-blog-3

     


    Partager via Gmail

    7 commentaires
  • Petit arrêt dans ce qui est appelé « La chambre du Sphinx ». On passe sous un porche de pierres pour arriver dans un endroit assez mystérieux. Il faut dire que cette femme de pierre mi-animale mi-humaine que l’on découvre est assez énigmatique. Avec ses longs cheveux bouclés sur un buste à forte poitrine, ses pattes griffues de lion, ses ailes d’oiseau, cette sphinge, sculptée par Bernard Decottignies, semble être la gardienne des lieux pour l’éternité.

     jardins-cadiot-2839.jpg

     

    jardins-cadiot-2840.jpg

     

    jardins-cadiot-2841

     

    jardins-cadiot-2849

     

    Bien vite, on quitte cette anti chambre pour le Jardin toscan et là, c’est le raffinement du jardin méditerranéen. Exposé au plein soleil et « composé dans la simplicité, il repose sur la trilogie cyprès, buis et jaune-ocre des allées que l’on retrouve souvent en Italie ». Un style classique avec des figures géométriques.

    « Mais au fil du temps, il s’est enrichi d’une palette bleue et blanche avec au printemps, les iris, les lis blancs, les seringats et romneya ; en été, les gauras et une grande collection d’agapanthes bleu ciel, bleu foncé et blanches ; puis, en automne, les sauges géantes d’Amérique du Sud. »

     

    Je vous laisse admirer.

    jardins-cadiot-2843

     

    jardins-cadiot-2842

     

    jardins-cadiot-2851

     

    jardins-cadiot-2852

     

    jardins-cadiot-2853

     

    jardins-cadiot-2854

     

    jardins-cadiot-2858

     

    Demain, la beauté des patios.

     

    angle-de-vue-blog-3

     

    Partager via Gmail

    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique