• Revenons à Conques avec un tour d'horizon de L'Abbatiale Sainte Foy.

     

    L'abbatiale Sainte-Foy, incontestable chef-d'oeuvre de l'art roman, est l'oeuvre des moines de Conques qui avaient acquis une solide réputation de bâtisseurs. Elle est le type parfait des églises dites des routes du pèlerinage.

     

    L'abbaye de Conques se développa surtout à partir de l'arrivée des reliques de Sainte Foy, jeune martyre d'Agen au cinquième siècle.

     

    La construction de l'abbatiale actuelle commença vers 1030 pour se terminer vers 1107.



    La nef est très haute (22,10 m) mais étroite (6,80 m).

     

    De grandes arcades font communiquer la nef et les bas-côtés.

     

    Les collatéraux, voûtés d'arêtes séparées par des doubleaux, sont éclairés par de grandes fenêtres.

     

    La croisée du transept : quatre piliers soutiennent le tambour octogonal de la coupole sur trompes, remplacée par une voûte gothique au 15è après qu'elle se soit effondrée.  

     

    Sur la façade occidentale de l'édifice, un tympan (début du XIIème siècle) avec ses 124 personnages, encore en partie polychromés, reprend le thème du Jugement dernier.

    La composition générale est d'une grande simplicité : le vaste demi cercle du tympan comprend trois registres superposés que séparent les bandeaux réservés aux inscriptions gravées. Pour meubler ces registres, l'artiste les a divisés en une série de compartiments correspondant aux panneaux de calcaire jaune - au nombre d'une vingtaine - qu'il avait sculptés au sol avant de les assembler comme un puzzle géant. Ce découpage, facile à discerner a été réalisé habilement et de telle façon qu'un joint ne vienne jamais recouper un personnage ou une scène. La source principale d'inspiration du Jugement dernier a été l'Evangile de Saint-Matthieu.



    angle-de-vue-3

    Partager via Gmail

    25 commentaires
  • Continuons plus avant notre visite à l'intérieur de cette cathédrale.

    En cette deuxième partie, les orgues, l'autel, ...

    La cathédrale abrite un superbe buffet renaissance d'un équilibre parfait, s'inscrivant dans l'arc du transept nord. Cet orgue a été construit en 1629 par Antoine Vernholes, de Poitiers, avec le concours de Raymond Gusmond, maître sculpteur de Périgueux.

    Vernholes a réemployé des parties de boiseries d'un orgue plus ancien, gothique, sur les côtés et à l'arrière. L'ensemble de la tribune et du buffet a 63 pieds de haut et 32 pieds de large, le tout en noyer poli. En partie haute, des anges et des armoiries étaient rehaussées de couleurs vives.

    Après diverses restaurations puis l'abandon pendant la Révolution, il rendra l'âme en 1970.


     Enfin, en 1975 Paul Manuel démonte entièrement l'orgue et reclasse la tuyauterie, avant que la maison Maison J.G. et Y. Koenig ne le restaure entièrement en1986, de manière à retrouver une conception sonore dans l'esprit des Anciens pour obtenir les qualités de toucher et les sonorités adéquates au répertoire français des XIIè et XIIIè siècles, tout en permettant une utilisation plus large de l'instrument par ses étendues.

     

     La table d'autel en marbre, exécutée à Narbonne ou mieux, à St Pons de Tomières, reposait sur 4 colonnettes surmontées de chapiteaux (musée Fenaille de Rodez). Devant, un fragment de bas-relief représentant le Christ tenant le monde entre ses doigts. Le nom de Deusdedit sur la table de marbre affirme bien l'existence de cet évêque (Xe s) qui a ordonnancé le sanctuaire avec 4 autels comme il est mentionné plus haut.

    Ci-dessous, d'autres vues intéressantes de l'intérieur

    Une vue du transept

    Remarquables peintures au-dessus d'un autel des bas-côtés
    Sous la nef centrale
    Au-dessus d'un autel,

    un tableau de maître !

    Mon second blog "ANGLE DE VUE"

     


    Partager via Gmail

    32 commentaires
  • De remarquables réalisations !

    Tout d'abord, en ce premier article sur l'intérieur, nous allons axer notre regard sur les sarcophages puis sur les vitraux et notamment ceux de Stéphane Belzère.


    Les 2 sarcophages dits de St Dalmas Amans et de St Naamas. Ils sont encore dans la cathédrale actuelle, de chaque côté du chœur des chanoines. Celui de St Amans étant " brisé en plusieurs endroits " n'est pas exposé.


    Le plus beau des deux autres serait le sarcophage de St Dalmas. Il est sculpté sur trois faces. La face antérieure présente 9 niches séparées par des colonnes torses et surmontées par un petit cintre brisé ou par un fronton triangulaire. Dans la niche du milieu apparaît le Christ ressuscité, la main bénissant.


    Le second sarcophage serait celui de St Naamas. Ces sarcophages en marbre blanc, proviendraient, comme la table d'autel et le bénitier d'Onet qui devait se trouver (2 chapiteaux) dans la cathédrale carolingienne, de carrières de marbres d'Aquitaine qui ont été exploitées jusqu'au huitième siècle.

    Ci-dessous, quelques vitraux  que j'ai aimés:


    7 nouveaux vitraux

    En 2002 eut lieu un concours pour la conception des sept verrières du chœur. À l'issue de ce concours, Stéphane Belzère a été choisi parmi 44 candidats. La réalisation s'est échelonnée de 2004 à 2007.
     

    Cet ouvrage retrace les étapes de la création. Son créateur a tenté de formuler dans un langage contemporain l'image de Dieu et de la sainteté.  L'idée proposée par l'artiste est celle du flux de la lumière et de la vie qui vient irriguer l'ensemble des chapelles, introduire une dynamique et une fluidité symbolisant la vie et son perpétuel renouvellement.

    Au milieu, j'ai grossi le vitrail de gauche; vous constaterez que le style est très contemporain.
    Lundi, on continue la visite de l'intérieur avec les orgues, l'autel, ...

    angle-de-vue-3

    Partager via Gmail

    32 commentaires
  • Un édifice tout à fait remarquable à la façade imposante.

    Commencée au XIIIème siècle, la cathédrale de Rodez a été bâtie en grès rouge, pierre fragile qui nécessite un entretien constant. 


    Il fallut trois siècles pour achever ce majestueux monument car l'effondrement du clocher de la cathédrale romane en 1276 entraîna une totale reconstruction de celle-ci qui durera plus de trois siècles. Et pourtant l'ensemble est d'une remarquable unité... Les plans conçus par l'architecte Jean Deschamps seront suivis jusqu'à l'achèvement des travaux. 

    On est surpris par les proportions de l'édifice qui semble surdimensionné par rapport à la taille de la ville.

    Son clocher, gothique flamboyant, de 87 mètres de haut,  est surmonté d'une Vierge.  Après l'incendie du clocher en 1510, sa reconstruction telle qu'elle existe aujourd'hui, fut entreprise et les travaux furent achevés en quinze années de 1510 à 1526 et ce malgré la peste qui ravageait la ville. L'achèvement du clocher et de la cathédrale intervinrent vers 1531.

    Tout en dentelle de grès rose, il est considéré comme l'un des plus beaux de France. 
     
    On notera également l'aspect défensif, quasi militaire de la cathédrale : au XVIème, elle se trouve intégrée au système défensif de la ville, adossée au rempart.

    Elle a été conçue de manière à accueillir une population en danger, et à pouvoir se défendre avec notamment un toit plat sur lequel une garnison pouvait prendre place, ainsi que des artisans en cas de sièges.  
    Front ouest de la cathédrale de Rodez dominant la place d'Armes


    Cette façade occidentale témoigne de sa vocation défensive : elle est flanquée de deux tours massives qui étaient incorporées aux remparts.

    Un frontispice classique est placé au faîte de la façade au milieu du XVIè siècle.


    Le clocher, surmonté d'une lanterne ajourée portant une statue de la Vierge, entourée de quatre anges thuriféraires, présente une exubérance ornementale flamboyante qui se retrouve dans la sculpture des portails du transept.





    Photos prises lors de notre séjour en Aveyron au mois de mai 2008 

     

    angle-de-vue-3

    Partager via Gmail

    37 commentaires
  • Quelques additifs à ce reportage grâce à Franck Falck, circassier,  qui m'a contactée par mail et donné d'autres renseignements sur sa famille de cirque et confié des clichés anciens.

    Lizy-sur-Ourcq (77) 
    est une ville que
     
    la famille Bouglione 
    porte dans son cœur, comme en témoigne, au cimetière de la commune, le tombeau de la famille du cirque traditionnel.
    DSC-0844-modifi---1.jpg
    Les visiteurs peuvent également se recueillir devant d'autres tombeaux des grands noms du cirque.

    DSC-0845-modifi---1.jpg
    Bouglione
    Il était une fois la famille Bouglione, célèbre famille au royaume du cirque. Une histoire qui débute et se poursuit comme un conte pour enfants...Chaque année, pour les Rameaux et la Toussaint, des dizaines de caravanes se regroupent au cimetière communal devenu, au fil des ans, une grande nécropole tzigane. En février 1897, un groupe de roulottes s’arrête à Lizy. Marie-Louise Bouglione, mourante, souhaite être inhumée dans ce lieu : « C’est là tout en haut, que je voudrais reposer, si je meurs ici. Les voyageurs qui passeraient apercevraient ma tombe et prieraient pour moi ». Son mari et ses enfants l’y rejoindront pour l’éternité. D’autres familles du cirque acquièrent des concessions. En 1904, Firmin Falck est enterré un peu plus bas, revêtu de son costume de clown.
     
    La chapelle de la famille Bouglione, 
    construite en granit noir bleuté est la plus originale. Commandée par Joseph (Sampion) Bouglione père juste avant la 2è guerre mondiale, elle est réalisée en 1945.
      DSC-0847-modifi---1.jpg
     Elle s’achève en dôme surmonté d’une croix.
      DSC-0849-modifi---1.jpg
    De chaque côté, deux colonnes supportent des pots-à-feux.
      DSC-0856-modifi---1.jpg
    Sur la face arrière, se dresse un christ en croix de granit.
      DSC-0850-modifi---1.jpg
    L’intérieur est orné de mosaïques et des portraits des défunts.
      DSC-0851-modifi---1.jpg

    DSC-0853-modifi---1.jpg
    Des vitraux joliment colorés ornent les rosaces du dôme.
     

     
    De 1982 à  1990 Joseph et Germaine Bouglione décident d'interrompre cette vie de voyages et décident de s'installer à Paris pour offrir à leurs enfants une scolarité moins cahotante. Mais leur passion prime et ils décident de retrouver tout ce qui fait la vie des Bouglione depuis des générations: l'odeur de la piste, les frissons, la couleur des costumes, l'émotion, les sensations de leur petite enfance...  
      DSC-0842-modifi---1.jpg

    DSC-0843-modifi---1.jpg

    DSC-0846-modifi---1.jpg

    Sandrine, André Joseph et Alexandra Bouglione créent en 1992 un chapiteau. Ils sont aujourd'hui les plus jeunes directeurs de cirque d'Europe.

    DSC-0848-modifi---1.jpg
    Et de Joseph en Joseph naît la 6ème génération. André-Joseph et sa soeur ainée Alexandra suivent la classe dans la caravane-école du cirque.
     
     
    DSC-0857-modifi---1.jpg
     
    Cette bourgade est à une vingtaine de kilomètres de chez moi en Seine et Marne. Un jour d'octobre 2007, j'ai pris le temps d'entrer dans ce cimetière et de faire ce reportage par la suite.
    Depuis l'écriture de cet article, j'ai été contacté par Frank Falck qui aimerait que j'apporte plus de précisions. Il m'a envoyé plusieurs photos de sa collection.
    Voici Firmin Falck en 1858, il avait tout juste 19 ans. Firmin est né le 11 avril 1839 à Metz et décédé le 18 avril 1904 à Lizy-sur-Ourcq. Sa femme s'appelait Marie Ritz.
    Le père de Firmin était Jean Falck né à Neustadt en Bavière et décédé le 5 février 1868 à Varennes en Argonne. Il était circassien acrobate. Sa femme s'appelait Catherine Malhouren.
    La famille Falck est d'origine bavaroise.
    img009.jpg
    Sur les deux photos suivantes, c'est son fils Pierre avec sa troupe,
    156633_120593938006973_100001691038803_139054_453525_n.jpg
    156633_120593948006972_100001691038803_139057_6066971_n.jpg
    puis le convoi, un peu plus tard, avec des véhicules motorisés.
    156633_120593951340305_100001691038803_139058_5338307_n.jpg
    Voici des ajouts très significatifs.
    Encore un grand merci à Franck Falck !

    N'oubliez pas SITELLE et son "ANGLE DE VUE" !
    Cliquer sur l'image ci-dessous.
    angle-de-vue-3
     
    Partager via Gmail

    35 commentaires
  • J'étais en haut de l'arc de triomphe de l'Etoile et j'ai cadré la tour entre deux tiges de métal qui protègent de la chute. Petite composition pour mettre le tout en valeur. Construite de 1887 à 1889. 1er étage à 57m- 2ème étage à 115m- 3ème étage à 276m.

    hauteur totale de la tour: 327m depuis le 8 mars 2011 avec un émetteur TNT.

     

    tour-eiffel-5801.jpg

     

    Allez voir mon  "ANGLE DE VUE" en cliquant sur son nom en rose !

    accro-6--cid_00cf01c8d075-413b3750-0201a8c0-ordixpsp2.gif

    Partager via Gmail

    8 commentaires
  • En ce mardi 22 mars, balade à Paris avec mon amie Odile. Première étape: l'arc de triomphe. En attendant des articles plus longs sur ce beau monument, cette photo prise entre deux flots de circulation automobile. On voit bien les piliers en entier et, à cette heure du matin (10h10), le ciel était fort bleu. La visite s'annonçait agréable. Beaucoup de touristes étrangers autour de nous pour admirer l'arc de triomphe de l'étoile (1806-1836), oeuvre de Chalgrin.

     

    arc-de-triomphe-etoile-5750.jpg

     

    Mon  "ANGLE DE VUE" est ICI !

     

    fleurs_026.gif

    Partager via Gmail

    11 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique